La féminité… si je veux !

Capture d’écran 2017-06-26 à 17.04.42

 

 

L’annonce d’un cancer c’est un gros missile qu on se prend en pleine tête. Un choc souvent associé à la peur de perdre sa féminité car on redoute les changements corporels liés au traitement.

 

On ne va pas se mentir, c’est vrai que l’apparence physique en prend un coup : perte des cheveux, des cils, des sourcils, modification du poids, sécheresse cutanée, fragilisation des ongles, perte d’un (ou des) seins…
Mais la féminité ne se résume pas uniquement à une belle coiffure, des talons aiguilles et un joli décolleté! Lorsque l’on parle de féminité, on n’a trop souvent l’image d’une “apparence physique”, alors que la féminité reflète aussi un “savoir être” et un état d’esprit.

 

Nul besoin de se conformer aux critères physiques établis par la société. Pourquoi une femme ne pourrait elle pas choisir d’être chauve, alors que c’est monnaie courante chez nos congénères masculins de se raser la tête. Être femme ne doit pas passer uniquement par le regard des autres. Se sentir femme c’est avant tout se sentir bien dans sa peau, s’assumer telle que l’on est et exprimer sa personnalité.

 

Le K(cancer) m’a dépossédé de plusieurs attributs féminins, mais il m’a aussi poussé à prendre davantage soin de moi, de mon corps. Il m’a appris à prendre conscience de mes atouts et les mettre en valeur. Je ne me suis jamais autant “pommadé”, maquillé, “pomponné” que ces derniers mois. J’ai toujours pris soin de prêter attention à mon image lors mes sorties afin de dissimuler les signes de la maladie. Bon, OK, on exclue les “jours off” et les lendemain de chimio ou je ressemblais davantage à un zombi:)

J’ai participé à un atelier collectif qui m’a permis d’appréhender les techniques du maquillage correcteur. Un très bon moment de complicité et de féminité entre roses et esthéticiennes. Un grand merci à l’association Belle et bien, le crayon à sourcil et l’eye liner sont devenus mes meilleurs amis:)

 

Être femme, c’est aussi être à l’aise avec ce que l’on EST, ce que l’on ressent. C’est savoir parler de ses émotions sans en avoir honte, ça aussi le K me l’a appris. Il m’a poussé à sortir de ma “zone de confort”, à me surpasser, à trouver des forces auparavant insoupçonnées, à avoir davantage confiance en moi.

Aujourd’hui, je le crie haut et fort,

 

“OUI, je suis FIÈRE DE MOI, et de la façon dont je surmonte cette épreuve, je m’aime telle que je suis et J’AIME MA VIE”

J’ai compris que tout était possible, que même les choses les plus difficiles peuvent se transformer en positive si l’on s’en donne la peine. Je n’ai plus peur, j’ai envie d’aller de l’avant…”Never give up”, “together Stronger” (petit clin d’oeil à Charlotte de Mister K).

 

Pour conclure, j’ai envie de dire à toutes mes “frangines roses”, toutes celles en combat contre une maladie ou porteuse d’un handicap, toutes celles qui n’ont pas confiance en elles ou sont victimes du regard des autres…”Aimez vous, assumez vous, la féminité n’est pas un état, elle s’apprend, se dévoile, se révèle, s’enrichit chaque jour et pour chacune d’entre nous”

 

Pour ma part, j’ai le crâne quasi désertique, plus de cils, ni sourcils, des ongles en déclin, et un sein en moins, mais je ne me suis jamais autant sentie FEMME.

Article écrit par Séverine M (Mon nibard VS Crabevador)

Contactez l'auteur

  1. Merci pour ce beau témoignage ! Le travail est long pour changer le regard du monde sur la maladie. A nous combattantes de prouver que la vie est belle et que nous sommes belles .
    Nous créons une association dans notre région pour travailler à ce changement ….facebook : la holi…allez jeter un oeil 😉.
    Amicalement
    Marie Pierre

      • Je viens juste de voir votre message. Belle initiative votre association. Le regard sur le cancer doit évoluer… bises

      Laissez un commentaire

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

      *

      *