Personnifier son cancer ou l’ignorer ? Interview exclusive avec Natacha Espié

Natacha Espié

 

De plus en plus de patients, blogueurs, s’expriment ouvertement sur leur cancer et lui donnent même un nom. Nous avons demandé à Natacha Espié, psychologue-psychanalyste et présidente de l’association Europa Donna, son point de vue sur la question.

 

Que pensez-vous du fait de personnifier son cancer de cette manière ?

 

« Le mot « cancer » est un mot qui fait peur, qui est assez terrifiant. Le fait de lui donner un nom, au fond, c’est une manière de se l’approprier.

 

Donner un nom à son cancer, le personnifier ou même le matérialiser cela le rend moins angoissant, c’est une façon de démystifier les choses.

D’un certain point de vue c’est comme si l’on nommait « l’ennemi ».

 

Justement, qu’est-ce que cela peut apporter de matérialiser, de personnifier le cancer ?

 

« Lorsque l’on annonce à une personne qu’elle a un cancer, de nouvelles peurs se créent : la peur de la mort, la peur de ce mot « cancer », la peur de ne pas pouvoir gérer…

Personnifier le cancer c’est d’une certaine manière pouvoir se battre contre quelque chose que l’on a matérialisé à travers un nom, un objet, une forme… On en a presque moins peur, on l’apprivoise à sa manière.

Cela peut permettre d’éviter de céder à la panique, de se réapproprier son expérience. On lui trouve une place dans sa propre histoire pour continuer d’avancer.

 

 

À l’inverse, certains préfèrent ne pas en parler du tout ou éviter le mot « cancer », que pensez-vous du fait d’y penser le moins possible ?

 

On ne peut rien généraliser quant à la manière de gérer le cancer. Certains préfèrent, comme nous avons vu précédemment, lui donner un nom. D’autres au contraire, préfèrent y penser le moins possible.

Chacun doit gérer ça à sa manière, et on n’est certainement pas obligé de lui donner un nom ou de le matérialiser. Extérioriser c’est bien, mais il ne faut pas culpabiliser sur le fait de ne pas pouvoir le faire. »

 

Finalement ce qu’il faut se dire c’est « Comment je vais faire pour aménager psychiquement cette réalité difficile afin d’y faire face ? »

 

Il n’y a pas de bonne ou mauvaise méthode. Il faut avant tout s’écouter, choisir une solution qui nous convient le mieux, trouver SA solution.

 

Et si l’on se sent encore perdu, je conseille avant tout de ne pas hésiter à se faire aider par un psychologue pour trouver ensemble une solution pour apprendre à gérer au mieux cette situation difficile.

 

Découvrez également l’interview du Dr Marc Espié, oncologue spécialiste des cancers du sein, qui expose son point de vue sur le dispositif d’annonce du côté des professionnels de santé.

  1. Moi, je n’ai pu donner un nom à mon cancer. Ce mot sortait de ma bouche facilement. Au début de l’annonce ça fait peur après il fait parti de nous, pendant combien de temps !!!je ne veux pas que ça soit un sujet tabou. Positivé faire confiance à la médecine. Obligé de se laisser guidé.
    Soyons plus forte que la bête qui est en nous. Le mot cancer ne me fait plus peur 😱 je le vainquerai.

    • Bonjour,
      Étant atteinte de cancer récidivant et contre lequel il n’existe pas encore de traitement pour en guérir, j’ai d’abord senti que je n’avais pas à lui donner de nom.
      Durant sa 1ère apparition, je me disais que les traitements s’en occupaient et que n’avais aucun combat à mener…
      C’est lorsqu’il est réapparu de plus belle, 10 mois après la rémission, que j’ai senti monter en moi cette colère et cette envie de lui dire: « Tire-toi! Tu n’es pas le bienvenu! Tu reviens attaquer mes autres organes, alors là tu ne sais pas sur qui tu es tombé!!! La guerre est déclarée, grrrr! »
      Les traitements ont repris, la fatigue s’est installée, la déprime aussi, puis, cette interrogation face au nom que je pourrais lui attribuer.
      Au début j’ai pensé à Adolf, puis trop connoté, je me suis dit qu’un autre nom ferait surface au moment propice.
      Avec ma psy on a beaucoup abordé le thème de la mort et des peurs et colères qui se reveillaient…
      C’est finalement un soir, lorsque j’assistais à une représentation de l’école du cirque de Toulouse, que j’ai trouvé son nom!
      Un jeune élève a réalisé une performance à l’aide d’une lampe et de sa propre ombre… J’ai fondu en larmes au moment où il lui a parlé, comme s’il s’agissait d’une 2ème personne, elle grandissait et voulait être lui…
      J’y ai vu l’histoire de ce cancer qui a grandi et qui me suivra toute ma vie, alors maintenant je le vois comme mon ombre.
      Pour qu’il garde sa juste place, il me faut apporter plus de lumière… Et l’équilibre de la vie peut se manifester.
      Bon courage à nous toutes et nous tous face à cette épreuve! Elle nous ramène à des choses essentielles, et nous fait avancer malgré tout!

      Laissez un commentaire

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

      *

      *