10 ans avec mon alien

 

Je suis une vieille dame, mais il n’y a pas d’âge avec le cancer, il aime toutes les générations.

 

Il y a 11 ans, au détour d’un dépistage, on me montre, sur le mur du radiologue, une énorme tâche blanche sur mon sein droit, l’œil aveugle d’un cyclope.

Le premier hoquet passé, je pars au combat. Dans mon foyer, je ne suis pas la seule atteinte, mon compagnon, mon frère, mes sœurs, mon père… le cancer a des airs de famille.

Pas la peine de faire une annonce, je sais. Je m’organise, j’informe mon entourage, profession libérale je n’ai pas de congé maladie, donc je revois mon activité en fonction des actes médicaux qui vont jalonner mon chemin. Ça se passe plutôt bien, malgré les chutes, les chagrins. Méditation, Qi Gong, avancer pour vivre.

 

5 ans jour pour jour après ce moment-là, le second verdict tombe. Récidive métastatique. Pas la peine de me faire l’annonce, je souffle les mots à l’oncologue. Re traitement, chirurgie, radiothérapie, hormonothérapie alors que j’espérais arriver à la fin de ce calvaire. Mais non, j’en reprends pour 5 ans. Je réorganise ma vie, je repars avec des nouvelles pensées, je m’accroche.

5 autres années passent, et malaises, fatigue, chutes, confusions. Scanner, IRM et là, une bombe explose dans ma tête, tumeur primitive du cerveau. Je pense ouf ! ce n’est pas une métastase.

Je presse le neuro chirurgien de m’ouvrir le crâne au plus vite, qu’il fasse de cette ablation mon cadeau d’anniversaire de 3/4 de siècle.

Consultation hématologue, entrée dans un essai clinique, 1 an de traitement, chimios et hospitalisations bi-mensuelles. Le plus difficile, c’est d’être coupée du monde 10 jours par mois, cloitrée dans la chambre d’hôpital, attachée à la perche de la chimio.

Je résiste, les effets secondaires arrivent en rafale, ceux que personne n’attend. Mais le parcours est bientôt fini.

 

Combien de temps durera la rémission ? Je n’en sais rien. Je sais que le Kombat peut reprendre à tout moment, celui contre le Ksein, celui contre le lymphome cérébral. Mais pendant ces 10 années bien passées, comme Zazie dans le métro, « j’ai grandi ».

Contactez l'auteur

Je confirme ma demande de contact de l'auteur en transmettant mon prénom/pseudo, ainsi que mon adresse e-mail.

  1. Je suis très admirative de ce KOmbat chère Martine et dans ce mot évidemment je vois K.O du cancer. Tu ne lui laisses que peu de place dans ta vie et c’est très bien ! Chapeau bas mon amie ! Si fière de toi, de ce que tu nous montres de ton KOmbat contre la bête et tu me prouves que tu es bien plus maligne que lui. Toute mon affection !

    Jennifer

  2. Chère Martine,
    Dans ce Kombat nous sommes à tes côtés ! Par ton implication au quotidien, tu contribues à démontrer la valeur de la mission des médecins et chercheurs qui ont un immense respect pour ta personne voire même de l’admiration pour ton courage ! Merci pour ton exemple qui apporte tant aux autres patients.

  3. Comment trouver toute cette force quand les 1+1 s’ajoutent ? Je n’ai pas de mots, seulement un profond respect. Bravo.

    • Chère Martine

      Bravo pour cette lutte contre la bestiole.
      Il t’en faut du courage. Continue, ne baisse pas les bras.
      Je sais que c’est difficile de vivre avec le crabe quand c’est devenu chronique puisque je le vis aussi.

      Cldt

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*