8000km à vélo solaire contre le cancer

Je suis atteinte d’un cancer du sein métastasé aux os, en traitement continu depuis 4 ans, et je me lance avec mon mari dans un défi sportif écologique et original : une course de vélos solaires 8000km qui partira en juin 2015 de l’exposition universelle de Milan pour finir à Astana (capitale du Kazakhstan). Cette aventure s’appelle le Sun Trip www.thesuntrip.com. Elle est organisée par un savoyard et regroupe une quarantaine de concurrents. Chaque concurrent est en totale autonomie et trace son propre itinéraire. Nous pensons mettre environ trois mois pour parvenir à Astana.
J’ai suivi le Sun Trip en 2013, conquise et enthousiaste, à l’appel d’une amie du « Web cancer » dont le neveu participait. Les concurrents sont suivis par balise GPS et doivent alimenter un blog. On peut donc suivre leur progression sur le site du Sun Trip et vivre avec eux l’aventure.

Le Sun Trip, qui veut promouvoir l’éco-mobilité, a une dimension bien supérieure à une simple compétition sportive. En premier lieu par les personnalités diverses des concurrents, en second lieu par la diversité des vélos et la créativité qu’il faut déployer pour intégrer des panneaux solaires sur un vélo. Vous souvenez-vous du dessin animé « Les fous du volant » avec Pénélope joli-cœur, Roc et Gravillon, Professeur Maboulette, Diabolo et Satanas ? Le Sun Trip ressemble un peu à ça !

Dans cette sélection, mon mari et moi appartenons à la catégorie « Les perles », c’est-à-dire ceux qui ne sont ni sportifs de haut niveau, ni baroudeurs de l’extrême, ni cyclistes aguerris, et dont la motivation vient d’ailleurs. En effet, c’est mon cancer qui est à l’origine de ma motivation à participer à cette course. Quand de nouvelles métastases osseuses ont surgi, conduisant à une réadaptation de mon traitement, participer au Sun Trip m’est alors apparu comme un rêve qui a supplanté tous les autres, et j’ai décidé de m’accrocher à sa réalisation.

Ce nouvel objectif a fait diversion et détourné toute la famille des angoisses liées à mon cancer et nous a projeté vers cet objectif fou que, dans le fond, je ne pensais pas réalisable. Surprise, nous avons passé la barrière de la sélection parmi les premiers candidats ! Dès lors, mon mari s’est mis à l’ouvrage et a fabriqué nos vélos solaires : des VTT sur lesquels il a adapté un moteur électrique, une remorque attelée qui porte la batterie, nos bagages et supporte les panneaux solaires.

J’ai mis en place des programmes d’entrainement, cours de gym et vélo, me rendant à mon travail situé à 40km de mon domicile à vélo électrique. Cet été nous sommes partis avec des prototypes de vélos solaires sur les routes de France et avons réalisé 2500km en 4 semaines. La preuve est ainsi faire de notre capacité à nous lancer sur les routes de l’Europe de l’est. Nous poursuivons encore l’amélioration des vélos et l’entrainement et gravissant les grands cols (Tourmalet, Soulor, Hautacam) des Hautes-Pyrénées où nous résidons.

Il est très difficile moralement de se projeter au-delà de 6 mois, au-delà du prochain bilan de santé. Je sais que tout peut basculer, mettant fin au rêve. Il a fallu plus d’une fois que mon mari me pousse à poursuivre pour ne pas céder à la peur du lendemain et ne pas renoncer. Mais j’ai appris à conforter ma détermination à poursuivre malgré tout. Tant que je n’aurai pas la preuve que je ne pourrai pas partir, je poursuis cet objectif qui me porte, enlève mes angoisses, me dynamise et donne un sens tout autre à ma vie que celui induit par la maladie. Bien sûr je ressens les effets de la maladie et des traitements, bien sûr j’ai mal aux articulations, je suis fatiguée et je n’ai pas la forme physique d’antan. Mais lorsque je monte sur le vélo, je suis une toute autre personne. Je ne suis plus une cancéreuse, je suis une sun-trippeuse. L’assistance électrique soulage mes jambes et me permet de rouler à l’allure grisante d’un cycliste surentrainé, les douleurs métastatiques s’envolent et celles que je ressens sont celles de l’effort sportif, celles qui sont là parce que j’avance et que je gagne ! L’effet des endorphines est durable et retentit positivement au quotidien sur mon dynamisme, à la maison et au travail. C’est le bonheur !

J’ai monté une structure associative « cancer et vélo solaire » dont le but est de nous aider à trouver des sponsors mais aussi de collecter des fonds pour la recherche contre le cancer (nous avons ouvert une collecte au profit de l’Institut Curie http://www.alvarum.com/beatricecazanave) , de mener des actions de sensibilisation (nous serons présents sur plusieurs manifestations d’octobre rose) et de porter un message positif aux personnes atteintes de cancer du sein. J’espère faire des émules et que cette structure servira à soutenir la candidature d’autres personnes atteintes de cancer au Sun Trip 2017.

Contactez l'auteur

Je confirme ma demande de contact de l'auteur en transmettant mon prénom/pseudo, ainsi que mon adresse e-mail.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*