Ça n’arrive pas qu’aux autres ….

 

Voilà, je me lance.

Le jour où j’ai su que j’avais un cancer du sein c’était le 26/06/15. J’y suis allée confiante, car j’étais suivi depuis quelques années. J’avais été opérée en 2001, pour kyste bénin mais ma gynécologue a préféré me faire suivre tous les deux ans. Là pour une fois je n’ai pas été raisonnable,  j’y suis allée au bout de 3 ans. Je sentais qu’il y avait quelque chose, car depuis quelques mois, mon corps m’envoyait des signes, que j’ai ignoré bien sûr. Étant atteinte du syndrôme fibromyalgie je pensais que c’était ça.
Mais quand j’ai vu la tête de la préparatrice qui me faisait la mammo, je me suis dit : il se passe quelque chose. Elle m’a fait des examens en plus et m’a dit de patienter et qu’un médecin aller venir me voir. Au bout d’1/4 h, la doc m’a fait une écho sur mon sein droit et a commencé à me dire qu’il y avait quelques anomalies sur ce sein. Elle m’a rassuré de son mieux, en disant qu’il n’était qu’au stade 1, mais moi tout ce que j’entendais c’est cancer ! Elle m’a donné l’adresse d’une clinique et d’un chirurgien.

 

Sortie de là, j’étais complètement dans le brouillard et anéantie !  Je connaissais les ravages du cancer du sein : ma tante maternelle en est décédée et maman une année plus tard on lui a diagnostiqué le sien au stade 3. Je l’ai soutenue tout le long de son parcours : chimio, opération et radiothérapie. Et c’était moi. Je me suis retrouvée dans la rue sans savoir où aller et qui appeler. Après le coup accusé, j’ai appelé ma meilleure amie qui est venue me rejoindre. On est allé boire un café. Ça m’a fait du bien, mais le plus dur était le soir. Il fallait que je l’annonce à mon mari et mes enfants. J’ai attendu que l’on est fini pour leur dire. Mon mari était anéanti, mes enfants aussi, mais m’ont dit : on est là, et on sait que tu t’en sortira !

 

Après tout est allé très vite : j’ai fait un mammotome. Attendre 3 semaines pour les résultats ! J’ai un rendez-vous avec le chirurgien et il m’a programmé la date de l’opération le 10/09/15. Celle-ci s’est bien passée, il a réussi à enlever la tumeur, mais il a fallu attendre 3 semaines pour les résultats de la biopsie de la tumeur et du ganglion sentinelle. Nous avons revu le chirurgien, qui nous a annoncé une bonne nouvelle, le ganglion n’était pas atteint (pas de chimio ouf !), mais j’ai des séances de radiothérapie, que je continue actuellement.

 

C’est difficile à surmonter, car il y a les effets secondaires. Mais je tiens bon car je me dis que j’aurais pu avoir de la chimio ! Parfois je me sens seule et incomprise, malgré le fait que je me sentes bien entourée ! Ils n’arrivent pas à comprendre que c’est un combat permanent avec ce corps qui me déçoit. J’essai de vivre au moment présent profiter des bonheurs que la vie m’apporte quand même. Mais ce n’est facile tout les jours. Je vais faire mes séances avec la peur au ventre et beaucoup d’angoisse ! Mais je me dit qu’il y a pire que moi et que des personnes doivent se battre pour leur vie.

Contactez l'auteur

Je confirme ma demande de contact de l'auteur en transmettant mon prénom/pseudo, ainsi que mon adresse e-mail.

  1. Votre témoignage me parle beaucoup…..J’ai vu le chirurgien hier, l’opération se fait jeudi 28 Janvier…J’ai peur, l’attente est longues entre chaques examens, microbiopsie, irm, macrobiopsie. Epuisée, difficile psychologiquement……Radiothérapie après la tumorectomie, j’ai peur .Moi aussi je me dis qu’il y a pire, que le cancer est débutant , pris a temps mais je vais vers l’inconnu, personne a qui parler. J’ai pris rdv avec un psy pour pouvoir évacuer cette angoisse qui me ronge……Bon courage a vous Fabienne

  2. Moi aussi j’ai vécu cela, pas de chimio parce que j’ai accepté la mastectomie (les ganglions étaient atteints). Je sais que ce n’est pas facile tous les jours, j’ai été surtout soutenue par un couple d’amis et je leur en suis infiniment reconnaissante, s’ils n’avaient pas été là, je ne sais pas si j’y serais encore … Mais l’angoisse est toujours là, à l’approche d’examens, de bilans, ou quand quelque chose ne va pas, sans même parler de la mutilation à laquelle on est confrontée quotidiennement, c’est tout simplement humain, mais il faut être passé par là pour le comprendre. C’est vrai qu’on se sent parfois seule, même entourée, là encore c’est tout simplement humain, c’est vous qui êtes directement concernée. Tenez bon, je suis certaine que vous allez vous en sortir, mais si vous avez besoin de parler, vous avez raison, voyez le psy et « videz votre sac » aussi longtemps qu’il le faudra, cela vous aidera probablement. Bon courage ! Je pense bien à vous.

    • guilbert marie-noelle

      Merci, pour votre soutien et vos témoignages. Je viens de terminer mes séances de radiothérapies.
      Je suis épuisée, mais je tiens bon !! J’ai trouvé une asso près de chez moi d’aide aux personnes atteintes d’un cancer. Ça m’a beaucoup aidée, j’ai pu en parler plus facilement. J’ai pris rendez-vous avec une psy, qui m’aide toutes les semaines. Elle m’aide à passer cette étape, cette traversée du désert, comme je l’appelle. Je continue à vivre au jour le jour.

  3. Lafuente veronique

    Bonjour voilà moi c’est un cancer du palais que j ai. J’ai été opérée en septembre ablation de la tumeur reconstruction par lambeau chinois curage ganglionnaire et 30 séances de thomotherapy qui se sont terminées en décembre j ai fait mon scanner de contrôle y a une semaine j’aurais les résultats lundi. Là j ai de graves séquelles j’ai beaucoup de mal à avaler j’ai le cou dur comme du béton et qui tire c’est très difficile et c est pas fini ! Quelqu’un a eu un cancer vads aussi ? Amicalement Véronique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*