Cancer du sein à 32 ans

Bonjour,

Je me suis découverte au soir du 1er Janvier 2018 une grosse boule dans le sein gauche.

 

Suite à ça, j’ai pris RDV chez le médecin qui me dit qu’à mon âge, ça ne doit pas être très méchant.

Un RDV est pris pour une échographie. La manipulatrice me dit : « bon, on va faire une mammographie » , ah bon, ce n’était pas prévu au programme.

Après de longues minutes d’attente, une autre personne vient me voir et me regarde comme si elle avait vu un fantôme et me dit : « bon mademoiselle, il y a quelque chose de pas normal dans votre sein. Etes-vous libre ce soir, pour faire une biopsie? »

Je lui dis oui mais je ne sais même pas ce que cela veut dire. Après la biopsie, comme il faut attendre 15 jours, je pars en vacances chez ma belle famille et essaye de profiter au mieux même si le mot « cancer » reste dans ma tête.

 

Au retour de vacances, le verdict tombe, cancer infiltrant de grade 2, tumeur de 5cm, hormono-dépendant, HER2+++, avec suspicion embole ganglionnaire + cancer in situ + nodule de moins de 1 cm.

 

Bon avec tout cela… Je rentre chez moi et me dis « bon bah je vais mourir, je ne vais pas voir mon fils de 2 ans 1/2 grandir, ni ma maison en construction ». Après tout s’enchaîne.

Je suis actuellement sous chimio néo-adjuvante car le chirurgien veut essayer de conserver le sein vu mon âge.

J’ai déjà fait 3 cures qui se sont plutôt bien déroulées. Le 26 avril, je commence de nouveaux traitements mais j’ai très très peur de ces produits qui provoquent chez beaucoup de personnes des réactions allergisantes avec des douleurs aux muscles et aux articulations.

 

De plus avec les personnes décédées récemment, ça donne pas du tout envie de le faire.

J’espère être vivante après ces 3 cures.

Contactez l'auteur

Je confirme ma demande de contact de l'auteur en transmettant mon prénom/pseudo, ainsi que mon adresse e-mail.

  1. C’est vrai que c’est triste et flippant de se voir comme cela. Le cancer fait peur à tout le monde, mais il faut garder espoir et se battre en y croyant. Je comprends, si cela m’arrivait je serai perdue. Pleins de pensées pour vous

  2. Boussebaa naïma

    Bonjour,
    Ton témoignage me rappelle un peu mon histoire.

    J’ai consulté mon médecin suite à une énorme boule dans mon sein droit. Comme toi, mon médecin m’a envoyé faire une mammographie, j’ai eu le droit à une échographie puis biopsie. Comme toi le verdict est tombé…

    J’avais 35 ans, aucun antécédent dans ma famille. Tout s’est enchaîné très vite. Chimio, opération, radiothérapie. Aujourd’hui, ça fait 5 ans. Je suis en rémission. Il ne faut pas que tu baisses les bras.

    C’est une épreuve difficile, il y a des jours avec et beaucoup de jours sans… Ta force sera ta famille, ton fils et ton courage. Tu finiras par vaincre ce fléau et ce ne sera plus qu’un mauvais souvenir.

    Courage à toi. Ne lâche rien

  3. Aude-Claire Ville

    Je pense que tu crains les 3 chimios qui sont en effet costauds mais je t’assure qu’on y survit, j’ai eu 21 chimios il y a 5 ans et je suis toujours là. N’hesite pas à me contacter si tu as besoin de parler, pleurer, crier.

  4. Battez-vous !!! Gardez un moral d’acier !!! Perso je maltraitais cette saleté de cancer tous les matins… Et j’ai eu le dessus !!! 5ans déjà !!! Bisous

  5. Même parcours que toi, j’ai 33 ans et 2 enfants. J’arrive à la fin du traitement, c’est lourd à digérer tout ça mais tu vas y arriver. Ton fils sera ta force et ta motivation !

  6. Allez, on y croit, il m’est arrivé exactement la même chose en janvier 2012, 6 séances de chimio, 35 de rayons, et maintenant sous hormonothérapie.

    Je n’aime pas le mot « se battre », il faut essayer de se dire que c’est un mauvais passage.

    J’ai aussi pensé au pire, et, suis heureuse à aujourd’hui de voir ma petite-fille grandir (18 mois) elle est mon rayon de soleil.

    Allez on respire un grand coup, et, on avance.

    Gros Bisous
    Chantou (58 ans)

    • Claudine BISARO

      Mais oui, il faut se battre et gagner la guerre contre ce crabe, je l’ai fait deux fois dans ma vie en 1992 puis 17 ans après et je me suis battue et j’ai gagné !!!

  7. Coucou, témoignage bouleversant, comme souvent lorsqu’il s’agit de cancer.

    Ne baisse pas les bras, ne te décourage pas. La deuxième cure, si elle provoque trop de réactions allergisantes chez les patientes, peut-être divisée en plus petites doses, plus souvent, et cela diminue grandement les allergies. Bon courage !!!

  8. Bonsoir
    En janvier 2014, « une anomalie » à la mammo. Un médecin traitant qui ne sent rien…
    Je lui demande malgré tout, un bon hôpital spécialisé…. au cas où

    Et là tout s’enchaîne.
    Cancer agressif, grade 3… Je n’ai rien voulu savoir de plus ! Juste me battre.

    Opération (j’ai gardé le sein), 6 séances de chimio (dures mais pas insurmontables m’avait dit le cancérologue), 33 séances de rayons… Maintenant hormonothérapie…

    Je m’accroche, pourtant je n’ai plus rien, qu’un chat, mais il faut se battre.

    Courage, vous allez y arriver
    Bises

  9. Bonjour Pauline

    Ne pensez pas à la mort, vous êtes plus forte.
    Je n’y ai jamais pensé. Mon cancer à été diagnostiqué à 31 ans. Grade 3, intracanalaire, HER2+++ comme vous, ce sui rend le cancer plus agressif de par notre jeune âge.
    Après plusieurs biopsie notamment une chirurgicale, malheureusement la tumeur était entourée de nombreuses cellules pré cancéreuses qui ne craignent absolument pas la chimio. La mastectomie totale à donc été la seule solution. La reconstruction fut immédiate car pas de rayon. Suite aux opérations, j’ai démarré une chimio afin d’y associer un traitement qui empêche la prolifération de la surexpression HER2+++.
    Je n’ai pas perdu la totalité de mes cheveux grâce au casque (dur à supporter mais bon).
    Les 3 1ere séances font perdre les cheveux et procurent les nausées. Ensuite viendront les douleurs musculaires et articulaires, la peau sèche, les aphtes, les yeux qui pleurent etc…
    Néanmoins, rien n’est insurmontable.
    Le 12/06 prochain, cela fera 9 ans que le couperet est tombé.
    Vous y arriverez, j’en suis certaine ?

  10. Bonjour,
    J’ai eu l’impression de lire mon histoire…

    Diagnostic à 32 ans (comme toi), j’ai senti une boule dans mon sein gauche au mois de novembre mais ne suis allée voir mon médecin qu’en janvier (quelle imbécile).

    J’ai su que j’avais un cancer après que le radiologue ait voulu faire une biopsie (pas prévue au programme) après l’échographie. C’était le 14 février 2014.

    J’ai revu mon gynéco le mardi 18 et là, le mot a été dit… la merde hein ?
    Enfin bref, l’annonce digérée, j’ai vu un milliard de médecins, tous avec leur spécialité (j’en avais la tête qui tourne) trop d’info, trop de Rdv… mais en même temps l’équipe médicale superbement réactive j’ai commencé ma chimio le 5 mars… et en avant pour 8 séances !

    La dernière était le 29 juillet et je peux te dire que j’étais bien contente ! J’ai eu un mois de répit et ensuite l’opération (comme toi le médecin a voulu essayer de sauver mon sein, chose qu’elle a réussit !)

    Tumeur enlevée et ganglions aussi… ensuite un mois et demi après l’opération, j’ai commencé les rayons… une bagatelle après la chimio ! Tout s’est plutôt bien fini puisque je suis encore là !

    Le plus dur dans tout ça, c’est que mon fils avait 11 mois quand on m’a annoncé que j’avais un cancer et j’ai pas pu m’occuper de lui pendant un sacré bout de temps (fatigue à cause de la chimio, je ne pouvais pas le porter après l’opération).

    Bref… ça a été une année de merde mais on s’en remet (plus ou moins bien…), mais ça apprend à relativiser.

    En tout cas bon courage pour la suite et surtout restez positive !

  11. Bonjour, je vous lis et je revis des événements assez récents (moins de 2 ans).

    J’avais 43 ans (plus âgée) mais une toute petite fille de 3 ans 1/2. J’étais terrorisée de ne pas la voir grandir !

    J’ai eu la chance dans mon parcours de soin de rencontrer une infirmière extraordinaire qui a su trouver les mots pour me rassurer et me faire accepter les traitements. Elle m’a expliqué qu’il fallait toujours avoir la conviction profonde que les traitements me guériraient.

    Il est vrai que cela permet de garder le moral… Tout ceci pour tenter à mon tour de vous apporter un peu de réconfort et j’espère de confiance en l’avenir. Pour ma part, je vais bien et maintenant j’ai repris le cours normal de ma vie avec ma fille et mon chéri.

    Alors je vous souhaite de trouver en vous tout le courage nécessaire pour affronter les semaines à venir, dans quelques mois tout ira mieux… Prenez bien soin de vous, restez confiante et pensez guérison.

  12. Votre histoire Pauline me rappelle la mienne.

    Pauline (aussi), 28 ans, on m’a diagnostiqué un cancer du sein droit le 11/05/17.

    J’ai eu droit à 4 chimio mojito fraise (petit surnom de cette grosse seringue rouge) + 12 séances de chimio + chirurgie + radiothérapie et maintenant hormonothérapie.

    Si je peux vous donner juste un seul conseil, faites votre propre histoire. Éloignez-vous du négatif, voyez que positif !

    Je sais, c’est facile à dire mais c’est ce que j’ai essayé de faire et j’y suis arrivée et vous allez y arriver.

    Courage dans cette parenthèse, il va y avoir des moments durs oui, mais vous allez pouvoir faire des choses que vous n’aurez jamais faites, rencontrer d’autres femmes et on est tellement solidaires toutes ensemble, redécouvrir ses amis les vrais et sa famille.

    Courage.

  13. Bonjour,

    Comme pour la majorité des témoignages précédents, quand on y est passé, on s’y retrouve… malheureusement car on souhaiterait que ça n’arrive jamais, et heureusement afin de pouvoir se comprendre et échanger.

    Pour ma part, mon (futur, en 2014) mari a senti une boule à mon sein gauche fin novembre. Rdv chez le médecin qui me dit qu’à mon âge (29 ans) c’est pas très inquiétant. Prescription d’une crème en attendant de passer une mamo par mesure de précaution.

    Le jour de la mamo arrive, puis s’en suivent une écho et une biopsie non prévue au programme… Verdict le 8 décembre 2014, jour J de mes 30 ans. Joyeux anniversaire !
    « Mademoiselle, vous êtes atteinte d’un cancer du sein de grade 3, triple négatif infiltrant etc etc… » car tous ces mots on ne les connait pas, on ne les entend pas. Ma réaction « non, c’est pas possible, je dois me marier au mois de juillet… »

    Et pourtant c’est bien possible.

    Tout s’enchaîne très vite, scanner, scintigraphie, pose du portacath, première chimio des 8 qui vont suivre car là aussi on veut essayer de me sauver le sein (chose réussie), opération avec un chirurgien en or qui fait tout pour ne pas « m’abîmer » (là aussi réussi) puis les 33 séances de rayons.

    Une « drôle d’aventure » qui va durer 1 an, avec ses peines, ses douleurs, ses ras le bol mais aussi ses joies d’être entourée d’une famille, d’un futur mari, de 2 enfants de 6 et 2 ans, d’amis, d’un corps médical fantastique, et avec un humour que je ne me connaissais pas car je l’ai bcp ironisé.

    Aujourd’hui, 3 ans après, je suis mariée (avec un an de retard mais qu’est-ce que ce jour était beau !), enceinte de 4 mois et demi de mon 3 ème enfant (les médecins m’ayant donné leur accord) et EN VIE!!!

    Alors oui c’est injuste, oui c’est dur, mais on s’en sort et on s’en sort plus forte.

    Je vous souhaite du courage et de la force tout en ayant aucune honte ni peur de craquer et d’avoir envie de baisser les bras à certains moments.

    Ce crabe ne sera pas plus fort que votre envie de le vaincre !

  14. Bonjour
    J’ai vécu la même chose que toi en novembre 2016… j’avais 35 ans et 2 enfants !

    J’ai eu une chimiothérapie néo-adjuvante puis opération et radiothérapie pour finir. Ça fait maintenant 9 mois que j’ai terminé tout traitement et suis donc en rémission.

    J’ai eu les mêmes peurs que toi ! Mais à force de combativité et de confiance en la médecine, j’ai su vaincre ce crabe ! Le moral et le soutien font aussi beaucoup dans la guérison !

    Ne baisse pas les bras et n’écoute que toi même et les médecins ?
    Bon courage et ne lâche rien

  15. À 60 ans, on me trouvait un cancer du sein. J’ai eu droit à l’ablation du sein suivi de chimio, radiothérapie. J’ai toujours gardé le moral en me fixant un but. Aller au mariage de mon petit fils qui avait 2 ans. C’était en 2011. À 67 ans, je suis en pleine forme et fais pleins de projets. Je suis très positive et surtout bien entourée.

  16. Bonjour, votre histoire est un peu la même mis à part que j’avais 27 ans et un petit garçon de 4 mois.
    Aujourd’hui j’ai 30 ans et un merveilleux garçon de 3 ans que je vois grandir… Tenez le bon bout, c’est très difficile mais ça sera beaucoup mieux après… Gardez espoir !

  17. Bonjour. J ai eu une mastectomie + chimio et rayon + traitement. Surtout garde le moral. J ai pris beaucoup d homéopathie lors des traitements ce qui m a beaucoup aidée. Ça fait 7 ans et je vais bien. Bon courage et plein d ondes positives !!!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*