Ce cancer qui m’a sauvée, c’est l’histoire de ma vie !

 

J’étais guérie en juin 98 et en juin 2018 c’est revenu… Alors que Hodgking était aux oubliettes, le cancer a retapé à ma porte 20 ans après, au mois près ! Mais je me dis heureusement que j’ai eu un cancer au sein parce qu’on m’a trouvé ce que j’avais au cœur. Comment aurais-je pu penser dire cela un jour ? 

Johanna a 42 ans, elle est jolie, souriante, sémillante ! Elle annonce fièrement être la maman de 3 garçons : Noam 14 ans, Liam 11 ans, et Adam 9 ans. Elle vit à paris à côté des Buttes Chaumont où elle emmène souvent son plus jeune fils se balader.

En 1998, alors qu’elle a 21 ans, Johanna est touchée par un lymphome Hodgkinnien qui sera traité avec chimiothérapie et radiothérapie.

20 ans plus tard, en juin 2018, un nouveau cancer frappe dans son sein…

Dès le mois de juin 2018 une chimio lui est prescrite mais elle doit tout d’abord faire une échographie cardiaque à l’issue de laquelle elle s’entendra dire « il y a quelque chose de bizarre, Je ne saurais vous dire… ».

 Un mixome cardiaque dans le ventricule gauche

 

« Tous les jours je me faisais moi-même une piqûre dans mon ventre pour faire partir ce tissu qui ne s’est finalement pas résorbé. Il a donc été décidé de m’opérer pour urgence vitale. J’ai pris la mesure de ce que j’avais quand le monsieur de la radiothérapie m’a dit :

– « Vous ne mourrez pas du cancer du sein mais ce que vous avez au cœur peut être très grave ». Ce jour-là le problème cardiaque a pris le pas sur le cancer et j’ai dû stopper dès le mois d’août la chimiothérapie.

 

Je ne me suis pas intéressée au mot « mixiome », tout ce qui est anxiogène je l’ai évité, il fallait m’opérer, je me suis dit « fonce, ça va bien aller, entoure-toi de positif ».

 

Le 18 octobre (5 semaines après l’opération) on m’a enlevé la tumeur et toute la chaine ganglionnaire. Une chirurgienne exceptionnelle m’a fait de la haute couture, je vénère cette femme, grande, canon, brune aux yeux verts… La première fois que je l’ai vue j’étais interloquée – « c’est vous le chirurgien » ? Elle m’a regardé en me répondant « oui et vous vous attendiez à quoi ? » (sourires)

 

Elle m’a reconstruit le sein directement et cela ne se voit quasiment pas. À la limite ce qui m’ennuie le plus c’est la cicatrice du cœur maintenant !

 

 J’ai été portée psychologiquement par mon entourage

 

Après un mois d’hospitalisation les séances de chimio ont pu reprendre « normalement ».

Au début ma mère m’accompagnait mais j’y allait tellement « peace and love » que ma mère encaissait pour moi, tant et si bien qu’au bout de la deuxième chimio je lui ai dit que je poursuivrai seule.

 

J’ai été portée psychologiquement par ma famille 5mes enfants, mes frères,  mes sœurs, mon beau-frère, ma belle-soeur…) et mes collègues !  J’ai vécu chez ma mère et mon beau-père que je considère comme mon papa, j’ai pu parler à mon père génétique, je me suis libérée à cette période. Mon mari s’est occupé des enfants, de son papa disparu récemment, mais pour lui, il ne pouvait plus m’aider comme il l’avait fait la première fois. Mes frères se sont rapprochés de moi, mes amis et ma responsable professionnelle qui partage la même chose que moi, sont très présents. Ma petite sœur a eu une petite fille, c’est l’exemple des événements heureux me portent.

 

Plusieurs personnes de mon entourage ne sont pas épargnées par la maladie et elles me disent souvent « arrête de faire la forte tu vas tomber après ». Mais pourquoi je tomberais après ?  J’ai vécu des trucs de fou mais pourquoi je tomberais ? aucune raison !

 

Je pense à moi et me dis que la vie doit être menée sans les personnes toxiques, il faut se faire plaisir. Je suis avec le « smile » et quand je dis «j’ai 42 ans, 2 cancers et une opération à cœur ouvert » les personnes autour de moi ne peuvent qu’aller mieux ! Ça sert à quoi de faire la tête, j’ai envie de rayonner !

 

 Créer une chaîne entre femmes est important

 

J’ai récemment suivi un atelier d’esthétique avec 2 socio-esthéticiennes bénévoles c’était top, nous étions 8, toutes différentes mais avec ce point commun : le cancer. C’est rassurant de ne pas se sentir seule. A la fin de la séance nous nous sommes toutes échangé nos numéros de téléphone.

 

Ce matin encore j’étais dans la salle d’attente du médecin que je vois tous les mardis et deux femmes parlaient devant moi, je n’ai pas pu m’empêcher de les écouter « moi c’est hormonal » « et vos sourcils, et vos cheveux comment avez-vous géré ? »… Évidemment je me suis identifiée… À un moment elle se sont tournées vers moi, nous avons parlé, et avons échangé nos numéros !

 

J’ai envie d’apporter du sens à tout ce qui m’arrive… Si je n’en fais rien c’est dommage, c’est l’histoire de ma vie et je veux le meilleur pour les gens, j’aime transmettre et partager.

 

C’est là que l’on sent toute l’importance de créer une chaine entre femmes et c’est pour cela que Chaine Rose a du sens.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Propos recueillis par Laurence Dardenne pour Chaîne Rose)

 

Contactez l'auteur

Je confirme ma demande de contact de l'auteur en transmettant mon prénom/pseudo, ainsi que mon adresse e-mail.

  1. Grandi sylviane

    Bravo.jai eu 2 cancers moi oci avec 13 a d ecart.2 cancers du sein .pas le meme et pas de recidive.je suis positive oci mais depuis 1 an k jai fini tous les traitements je subis les autres effets secondaires des traitements mais je tiens et j espere un jour enfin renaitre.jai divorcee y a 4 ans. apres 35a de mariage.mon mari courait ailleurs depuis 2 ans il na meme pas ete franc p me l avouer.cest sa copine ki ma avertie.jai eu suicide 3 fois de ma maman .la 3eme cetait la bonne.elle est partie y a 3 mois.Ce qui a emporté aussi mon pere y a 2 ans .puis 2eme cancer du sein et tout ce ki va avec et ma fille ainee ki a un cancer du sein aussi et ki commence a peine.cest bq de tourments tout ca.je suis suivie par psy mais jai les pieds sur terre.juste me reste des douleurs hanches er perineales.secheresse qui me tuent ma vie.jai la foi et jespere revivre.jai 61a le mois prochain. Voila mon histoire.la votre aussi est impressionnante et je vs dit bravo.merci madame

    • RENARD Jean-Luc

      Coucou ton mari ne te méritait pas et pour moi c’est un lache ma femme a été confrontée à cette maladie et je suis toujours auprès d’elle on doit être fort dans ces événements et se soutenir c’est ça le vrai amour pour le meilleur comme pour le pire . Bon courage à toi pour la suite et surtout très bon rétablissement.

      • Merci pour votre message Jean Luc !
        Bravo à vous d’accompagner votre épouse car avoir un soutien d’où qu’il vienne est très important.
        Meilleure santé à elle

  2. Guillaume Brasselet

    Je lis ton témoignage avec les yeux humides ma chère Johanna, je te connais et ne t’avais pas vue depuis deux ans !
    Tu as la vie en ton regard et tu as toujours été une belle femme pétillante et tu le resteras toujours, tu fais face et tu avances….je te trouve admirable, je t’embrasse avec toute mon affection….
    Guillaume

  3. Sylvie Koftikian

    salut ma belle, tellement heureuse d’avoir de tes nouvelles. Depuis mon départ professionnel en août dernier j’avoue ne pas avoir beaucoup de contact avec les anciennes collègues.
    Je pleure en lisant ton témoignage il est si beau et si fort. Et en même temps je ne suis pas étonnée par ta force de caractère, tu as toujours eu la » niaque ». Trop contente que tout aille mieux aujourd’hui. Je pense aussi très fort à Stéphanie. Je t’embrasse

  4. Chrystel Mouche

    Coucou ma belle.
    Tout comme Sylvie, heureuse de voir que malgré tout ça tu gardes le moral. Tu es un exemple de force incroyable, ton témoignage beau.
    Je t’embrasse et garde cette force qui t’anime et embrasse pour moi Steph.

  5. Merci à tous ! Vos témoignages me touchent énormément qu’ils viennent de personnes que je connais ou non. Je continue à me battre, vous me donnez des forces 💪🏻💪🏻💪🏻

    • Bonjour cher Johanna. J,ai moi aussi un cancer de l,intestin grêle.J,ai été opéré fait de la chimio et pour l,instant je vais bien. Merci beaucoup pour votre témoignage et votre visage si radiant ça ma fait énormément du bien vous lire. Je vous souhaite le plus grand bonheur du monde vous m,avez beaucoup aidé. Je vous embrasse.

      • Merci pour tous vos compliments ! Je suis heureuse que vous alliez mieux. Enfin le bout du tunnel après ce lourd traitement…
        Le meilleur est à venir
        Bien à vous

  6. Bonjour, vous me donné cette force qui me manque car je suis une jeune maman de 27 ans à la quelle ona diagnostiquée un cancer du sein août 2018 j’ai fais 12 stance de chimiothérapie en suite l`intervention et maintenant je vais débuté la radiothérapie je craque pas mal je suis devenu très pessimiste j`ai trop peur de laissé mes enfants 👶 si jeune 🧒 et petit j`arrête pas de pensé au pire

    • Bonjour Chanel,
      Vous êtes dans la fleur de l’âge avec des enfants qui ont besoin de vous ! Comment penser une seconde les laisser ? Le traitement et ses effets secondaires sont présents et pénibles parfois mais il ne faut pas que les ondes négatives vous envahissent, bien au contraire…
      Vivez, bougez, faites ce que vous aimez et ce, sans modération. Pour vous, pour eux, soyez forte.
      Je vous envoie tout le courage et suis certaine qui vous y parviendrez

  7. Bonjour je vous félicite pour votre courage. Moi aussi en 2016 j’ai eu un cancer à stade 4. En rémission et après une rechute en 2018 le poumon et le foie. Présentement j’ai des séances de chimiothérapie tous les vendredis. Je vous remercie pour votre témoignage touchant. Moi ç’est la foi qui me donne l’espoir.

    • Bonjour Asta,
      Merci pour votre adorable retour.
      Je vous souhaite beaucoup de courage et de force pour le traitement !
      Dans l’article, je n’ai pas évoqué la foi ni la prière mais je parle à Dieu tous les jours pour que plus jamais une seule personne n’ait à subir ce que nous vivons. Qu’il envoie la guérison à tous les malades et que le mot cancer soit rayé à tout jamais.
      Bien affectueusement

  8. Bonsoir johanna, votre temoignage me touche bcp et me rappelle mon histoire : avril 1998 maladie hodgking a 18 ans… 20 ans plus tard a 38 ans cancer du sein metastasé sur l ensemble du squellette… et c vrai que 2 cancers en 20 ans a nos ages ca fait bcp… mais avec l affection de nos proches et notre.force de caractere on ne peut que de nveau vaincre cette p*** de maladie. Comme m a dit un medecin.pr avoir un 2nd cancer il faut avoir guerit du 1er… on est des guerrieres qui ne lacheront rien pour nos enfants ….

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*