Et si c’était la fin du combat ?

 

Cela fait 5 ans que je me bats contre ce cancer du sein qui est devenu métastatique.

J’ai gagné beaucoup de batailles mais il finit toujours par gagner la guerre. Alors comme une bonne guerrière je me relève, reprends les armes et retourne au front.

 

Mais la limite est presque atteinte, les chimios ne fonctionnent plus au bout de seulement quelques semaines et ce pervers de crabe en profite toujours pour abîmer un nouvel endroit de mon corps.

 

J’ai 3 enfants, un conjoint parfait qui me donnent le courage de continuer cette guerre sans fin alors que nous savons tous que je vais la perdre quoi qu’il en soit. J’en suis à un point où je ne vis plus mais je survis cela fait plus d’un an qu’il n’y a aucun résultat et que le cancer commence à m’empêcher de vivre. Est-ce que j’ai le droit de baisser les bras ? Est ce que j’ai le droit de rendre les armes ? Parce que je ne supporte pas de subir et de survivre surtout quand on connaît la fin.

 

Le plus difficile dans cette maladie c’est la douleur la peur et la tristesse qu’elle fait endurer aux gens qu’on aime. J’ai toujours été positive mais il y a un moment où il faut être réaliste. Je veux vivre, j’accepte les traitements, les effets secondaires et tous les à côtés avec le sourire. Mais depuis quelques mois ce cancer me cloue dans mon canapé s’attaque à mes poumons et m’empêche de vivre tout simplement.

 

Être soignée pour gagner du temps qu’on ne peut pas utiliser est-ce que ça vaut vraiment le coup ?

Contactez l'auteur

Je confirme ma demande de contact de l'auteur en transmettant mon prénom/pseudo, ainsi que mon adresse e-mail.

  1. Je suis de tout coeur avec vous, et je comprends votre ras le bol, mais je crois que chaque jour gagné prés des votres vaut le coup, et pour vous et pour eux, mais difficile en effet de se mettre à votre place, aujourd’hui en ce moment de souffrance, et d’impuissance pour vous,

    Je vous envoie des ondes de force, et d’amour
    bon courage à vous
    Christine

  2. Bonjour cette maladie est très dure je comprend parfaitement que vous ayez envie de baisser les bras. Comment vous sentez vous moralement, est-ce que votre mari et vos enfants s’en rendent compte. Auriez-vous l’envie et le courage et le besoin de parler avec eux de votre mal être.
    Courage a vous

  3. Priest Dominique

    Courage à toi moi je viens de finir mon combat toujours une appréhension que ça revienne me suis battue j’ai gagné ce combat ,j’ai envie de te dire continue à te battre tu es bien entouré ,moi je priais,je le fais toujours ,cela ma beaucoup aidé t’envoie pleins de bonnes ondes.

  4. Juste envie de vous dire merci …
    Quel bel hommage à la vie et à l’amour partagé avec les vôtres…
    Me sens si loin et si près de vous en même temps…
    Belles pensées ensoleillées de La Réunion
    Annick

  5. Fanny , je te trouve très courageuse mais évidemment même si tu es forte et que tu as du soutien je comprends. Je suis en récidive d un cancer du sein en deux ans 1/2 invasif triple négatif mais à priori pas encore de métastases. je te souhaite vraiment beaucoup de courage. Catherine

  6. Je comprends votre désarroi, votre peine, votre tristesse, vos interrogations, votre tentation de baisser les bras. Je suis une « soeur » du cancer mais pas au point où vous en êtes. Je pense que cela vaut le coup au moins pour vos enfants et votre conjoint parfait. Essayez de tenir bon pour eux. De tout coeur avec vous et avec eux par la pensée.

  7. Je suis complètement d’accord avec NYS. il faut faire la bataille au moins pour votre enfant et famille. Je ne sais pas vous connaissez le Qi Gong de Guo lin, (on traduit qi gong de marche ou bien XI XI HU), seul qi gong conçu et cyblé contre cancer et témoigné par bcp de succès par des gens diagnostiqué dans le soin palliatif. Cette méthode est utilisé en Chine dans tous les club des patients atteints du cancer. Si vous le voulez je peux vous enseigner cette méthode a Paris.

  8. Bonjour fanny,

    Votre témoignage m’a énormement émue… je comprends votre ras le bol, vos interrogations, avez-vous pu en parler à votre famille? Difficile de vivre tout ca; Le mot est faible. Êtes-vous aidée par un psy? Je ne porte aucun jugement sur votre ressenti je comprends. Votre famille est votre plus grande force. Je n’en suis pas au même stade que vous mais j’ai déjà eu les mêmes interrogations que vous le même ras le bol. Je n’ai pas osé en parler à mon mari et enfants par peur de les affolés. Je vois un psy et je lui en ai parlé ça soulage. Pour moi c’est l’exutoire que j ai trouvé. Courage fanny vous faites preuve de tellement de force
    SYLVIE

  9. Bonsoir voilà FANY je suis de tout cœur avec vous ! À quoi bon être soignée pour gagner du temps si on ne peut pas l’utiliser !!! Je n’ai pas un cancer du sein métastase aux poumons mais un cancer vads une chirurgie dans la bouche le cou je ne mange plus je ne bois plus je ne fume plus qu’est-ce qu’il reste ? Et en plus j’ai mal ! Alors quoi faire des journées ? Bien sûr ça fait 8 mois donc je ne re travaille pas non plus alors!!! Voilà vous en êtes où vous Fany ? Depuis ? Amicalement Véronique…

  10. Fanny comme toutes nos sœurs de combats votre témoignage m’a beaucoup touché et émue
    l’amour de ses enfants de son mari donne l’envie de se battre et de vivre pour eux malgré ce monsieur K
    qui veut nous terrasser et qui emporte avec lui tant de choses.
    Je comprend Fanny que vous soyez si lasse de ce combat si dur malgré votre courage etc
    Mais je ne sais plus là si je dois vous dire les choses que moi même j’ai ressenti
    L’envie de partir tout en ayant cette immense envie de Vivre
    Mais si je dirai qu’il faut rester encore pour vos enfants qui malgré cette terrible épreuve
    ont leur maman à leur côté
    Je vous embrasse très fort Fanny

  11. Vous avez tout à fait le droit d’en avoir marre de ce combat inégal, c’est humain. Vous n’avez pas le droit de tout lâcher, pas maintenant. Je me bats depuis plus de 13 ans contre cette charogne au sein qui s’est métastase. J’en ai usé des chimios, des tests cliniques et des oncologues plus quelques spécialistes. J’ai vu des gens humains, des incompétents, des « qui s’en fichent », mais j’ai toujours eu confiance en moi. Bien sûr, vous connaissez l’issue, mais n’est-elle pas la même pour tous ? Une fois né, on est certains de repartir un jour et d’être oublié peu après. C’est le mystère de la vie. Mais vous devez continuer. Pour vos enfants, votre mari et tout ceux qui vous aiment. Profitez du moment présent. Grosse dose d’énergies positives vers vous et haut-les-coeurs.

  12. Sur ce chemin de guérison, il y a des hauts d’espoirs et des abîmes de peurs, de résignation. Que tu en es marre est normal apres tant dé souffrances. On est pas des héros. Quoique …c’est aussi dans les moments les plus sombres que l’on sent monter en soi une force et une puissance de guerison. Tu l’as en toi. Écrire est oser dire comme tu viens de le faire le prouve. Belle remontée Fanny.
    Je suis en recidive cancer sein avec métastases osseuses et poumons. Je me soigne de deux façons complémentaires. L’une m’aide à travailler mon mental. Il y a une video sur YouTube qui s’appelle guérir par l’esprit qui en parle bien. Je me sens au bout de 7 mois en retour à la vie.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*