Garder le moral absolument

Un cancer des ovaires à l’âge de 59 ans. Un chirurgien de l’Institut Paoli-Calmettes à Marseille très gentil et qui vous parle simplement sans employer de mots « techniques ».


Je me fais opérer en juillet et il me dit que je suis « border line » donc 2ème opération en novembre car je ne sentais pas de me faire « ouvrir » aussi rapidement. Tout s’est bien passé avec un suivi très bien programmé.


Ce chirurgien m’a demandé au début de lui donner 50% de mon moral et lui me donnerait 50% de son savoir.


J’ai subi une chimiothérapie de 6 mois avec un RDV toutes les semaines. Je dois signaler que je n’ai JAMAIS été malade après ces séances. Ma grande soeur est venue s’occuper de moi et j’ai d’ailleurs pris une petite 15aine de kilos (lol) et j’ai eu un moral d’acier je suis certaine que cela m’a permis de m’en sortir et aujourd’hui, tout va bien 9 ans après.


La seule chose qui me gêne, c’est la cicatrice. J’évite de la regarder quand je suis face à un miroir.


Voila mon « expérience » et je le répète, garder le moral est le plus important.

Contactez l'auteur

Je confirme ma demande de contact de l'auteur en transmettant mon prénom/pseudo, ainsi que mon adresse e-mail.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*