Il y a un après… et un après être heureux.

Jamais je n’aurais cru qu’un jour je ne vivrai plus sans cette chape de plomb au-dessus de moi prête à venir écraser mon estomac à la moindre inquiétude : bouton bizarre, douleur étrange, grosseur suspecte…

Et pourtant, c’est officiel, 4 ans après l’angoisse m’a quittée.

Certes, je suis parée de blessures de guerre mais pour le reste tout est revenu comme avant : la pêche, la légèreté, la joie de vivre… décuplées par 10.

Alors courage, il y a un après… et un après heureux.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*