J’peux pas j’ai chimio !

Mon cancer du sein a été détecté en avril 2018, un type HER2 positif…

Une détection un peu particulière, j’avais senti une petite grosseur en mars 2017 après avoir deux mammographies et échographies, on m’informe que ce n’est pas « alaromantique » et que mes seins sont pleins de kystes. Le radiologue m’envoie quand même dépister cette grosseur en allant faire une biopsie  mais en m’indiquant que ce n’était pas alarmant. Je fais cette biopsie en janvier 2018, le médecin me dit que ce n’est pas cancéreux et de ne pas m’inquiéter. Deux mois plus tard, le sein me tire et je sens une légère douleur ; je rappelle le médecin qui m’avait fait la biopsie et prend un autre rdv, limite on me demande pourquoi je souhaite revenir le voir !

 

Je le revois donc début avril et là, surpris de cette grosseur (c’était la même en janvier), il me fait une biopsie simple sur place en 10 mn. Une semaine après je reviens pour les résultats, très sereine car en janvier rien n’avait été détecté, je pensais qu’il allait me dire qu’on allait ponctionner ce kyste. Et il arrive en prononçant le mot « cancer », je ne comprends pas, je m’effondre en larmes, je ne sais plus où je suis, comment c’est possible, il y a deux mois il n’avait rien vu !!!!

 

Je monte dans ma voiture, j’appelle mon conjoint et ne cesse de pleurer, la sensation est horrible ! Il me parle, arrive à m’apaiser quelques instants, en rentrant je m’arrête chez mon généraliste, j’ai dû mal à parler, il m’envoie à Bergonie, Institut de Cancérologie à Bordeaux, me dit de les appeler dès le lendemain pour prendre un rdv. L’attente dans la salle d’attente m’a parue tellement longue, les larmes ne cessaient de couler sur mon visage, impossible de retenir cette émotion grandissante.

 

En rentrant nous avons pleuré tous les deux, il faut encaisser la nouvelle ! Et cette sensation d’être près de lui, de sentir sa peau, son souffle, d’être rassurée dans ses bras, de peur qu’il m’échappe ! Je savais que mon corps allait m’échapper pendant le traitement et j’avais un besoin de sentir notre relation.

 

Pendant une semaine j’ai pleuré, et en me levant je me disais « j’ai un putain de cancer »‘ ! Même le mot était dur à prononcer, comment le dire à sa mère ; celle qui vous a sortie de son ventre, celle qui vous protège, celle qui vous soigne… Je pense que pour toutes le plus compliqué à été de l’annoncer à sa mère !

 

Aprés cette semaine d’émotion et de vide, l’objectif principal est de me soigner, il est hors de question de se laisser abattre par ce putain de mot.

 

 

Tout est allé très vite en suivant ; rdv avec l’oncologue, je refais tous les examens, on s’y rend tous les deux, c’était début mai. Tout un programme VIP pour la suite ; 12 séances de chimio, 3 séances espacées de 3 semaines et 9 séances hebdomadaires début juillet jusqu’à fin août ; un bel été s’annonce 😊 Après ça il y aura la chirurgie, ablation complète du sein et des ganglions ! S’il faut en passer par là pour éviter une rechute, je suis prête ! Il me tarde même qu’on me retire ces cellules néfastes. De la radiothéraphie viendra en suivant, et de l’immuno en sous cutanée pendant un an.

 

La 1ère chimio a commencé le 24/05 ; il était hors de question que cela m’empêche de vivre normalement. Deux jours après cette 1ère chimio je faisais un match de tennis 😉

Les effets secondaires ont été de la nausée pendant 8 jours, pas de vomissement et de diarrhée, pas de fiévre non plus. Souvent le lendemain je faisais une sieste entre 2h et 3h. Sècheresse des muqueuses aussi (bouche pâteuse), les yeux secs aussi le soir même et des maux de tête par moment.

 

Pour la 2ème chimio cela a été idem, moins de nausées car j’avais commencé l’acupuncture et je continuais à jouer au tennis et faire des matchs😊 je travaillais encore. Il est important que ce cancer ne me fasse pas ch… dans ma vie ! La perte des cheveux intervient avant la 2ème chimio-octobre ; je me suis coupée les cheveux courts et mon conjoint m’a rasé le crâne,  je préférais que ce soit lui. Je n’ai pas perdu les sourcils, ils étaient moins fournis, mes cils ne sont pas tombés entièrement non plus, cela est arrivé plus tard ; vive le maquillage 😆 mes cheveux commencent à repousser depuis 3 semaines et mes sourcils se remplument, ça c’est positif 😉

 

A la troisième chimio, je n’ai pas eu de nausées, mais elle m’a clouée au lit pendant 5 jours, sans température juste très très fatiguée ! Cette 3ème chimio m’avait aussi provoqué des acouphènes et de gros maux de tête. Grâce à la réflexotherapie cela est passé, c’était dû à un stress biologique, mon corps réagissait tout simplement.

 

Une fois reposée tout allait mieux ! Je continue à travailler à ce moment là.

 

Les chimio hebdomadaires se passent plutôt bien, les symptômes ne sont pas chiants, toujours les muqueuses sèches mais plus de nausées ou maux de tête, quelques fourmillements dans les orteils !

Dans l’ensemble je vais bien. Je sens que la fatigue est plus présente par contre car quand je fais quelque chose je fais davantage de siestes, une vraie feignasse 😁😁 la chimie s’installe dans mon corps et mes muscles sont au ralentis. J’ai arrêté le tennis mi-juillet, les matchs ont commencé à m’épuiser et avec la chaleur trop dur physiquement. Je marche et je fais du footing tranquillement, c’est primordial pour moi de garder une activité sportive.

 

Du coup j’écoute mon corps et je me repose quand j’ai besoin ! Je suis arrêtée en depuis le 16/07 pour vivre ma chimio de façon sereine et m’occuper de moi, je me fais opérer en septembre.

 

Mon témoignage est assez long et je ne suis pas rentrée dans tous les détails 😊

Ce qu’il est important de retenir c’est qu’il faut occulter la maladie et vivre le plus normalement possible, je sais que cela n’est pas facile pour toutes, mais si tout va bien dans la tête le corps suivra !!

Nos parcours sont tous différents nos vies aussi, et notre entourage, mais ce putain de cancer est le même en chacune de nous, il faut le combattre 💪

J’ai 45 ans, il est vrai que mes chimios se sont assez bien passées ; je me suis préparée à la perte des cheveux, à la fatigue, je me suis adaptée à chaque nouvel effet secondaire ! Je me suis renseignée, j’ai lu, etc… Bref j’étais prête à lutter ; homéopathie, reflexotherapie, activités sportives et acupuncture ont aidé mon corps à supporter cette chimie si néfaste mais elle me sauve aussi la vie en tuant à petit feu mon cancer, ma tumeur ne fait plus qu’à peine 1 cm 😉

Ma dernière chimio est le 31/08, il me tarde, c’est passé assez vite !! La prochaine étape c’est l’opération et je ferai tout pour le vivre au mieux et continuer le « Kombat ».

Je suis sortie comme d’habitude avec mes amis (ies), j’ai fait la fête quand la France a été championne du monde, je suis allée au resto, au ciné… Vivre comme d’habitude !!

Certaines ont des traitements bien plus lourds que le mien et plus durs physiquement, mais dès qu’on se sent bien il ne faut pas se laisser abattre, se forcer à sortir, se trouver des challenges. Penser à vous vous rendra plus fortes 😉

Merci à toutes pour vos témoignages, je vous conseille deux articles sur le magazine 200, le trouver sur internet peut être ; celui de l’été 2017 sur Sandrine Laporal, sortie d’un cancer du sein, elle s’est donnée un challenge à vélo, une battante comme nous toutes. Et celui de l’automne 2016 sur « l’armée rose » ; chaque année des femmes atteintes ou rescapées du cancer du sein descendent le cours de la Loire pour combattre la maladie et promouvoir le dépistage.

Bon courage à toutes 😙
SM

Contactez l'auteur

Je confirme ma demande de contact de l'auteur en transmettant mon prénom/pseudo, ainsi que mon adresse e-mail.

  1. Bon courage
    Le positif c’est que vous exprimez votre ressenti dans les moindres détails et c’est important
    Moi j’ai toujours eu du mal à en parler. Seulement à mon mari et à l’association d’onco
    J’avais peur d’inquiéter mon entourage
    Merci pour votre témoignage
    Maryline

    • Bonjour Maryline,
      Il est vrai que pour moi en parler à mon entourage familiale et amis me semblait normal ; le physique allait forcément changé et je voulais que les gens autour de moi soient à l’aise avec la maladie ? et on pouvait m’en parler si certains le souhaitait !! J’en ai informé aussi tout mes collègues de travail, c’est ma façon de fonctionner?
      Bon courage à vpus.
      Sabine

  2. Coucou sabine !
    Je viens de lire ton témoignage tu es très courageuse !
    J’espère que tout va très vite passer au vert, je te le souhaite de tout cœur !
    Je te fais des gros bisous

    Un copain de longue date à l’ETP qui pense fort à toi et ta petite famille

    Cyril de Buzet

  3. Bonjour
    Je me reconnais dans ton histoire moi aussi j avais senti une petite boule dans mon sein avant l été mais ma généraliste m a rassuré en me disant que c était un simple kyste en septembre je suis allée aux urgences car la boule avait grossi et après une échographie, et une biopsie on m a diagnostiqué un cancer du sein je démarre les examens la semaine prochaine ensuite chimiothérapie puis opération je trouve ton témoignage très rassurant j espère avoir la même force que toi bravo pour ton courage bonne continuation

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*