Le fameux après

 

Ah l’après cancer toute une histoire…

Mon chirurgien nous l’avait dit à mon mari et moi que « l’après » est difficile et que très souvent les femmes font une dépression.

Durant nos traitements on est vu sans arrêt par les médecins, on est dans un cocon. De plus, l’entourage est très présent, dès que tous les traitements sont finis, basta…

 

Les visites chez les médecins sont hyper espacés, on est « lâché » avec nos craintes, on nous dit qu’il faut reprendre une vie normale mais en même temps on a cette épée de Damoclès sur la tête.

Pour ma part, j’ai encore mon PAC, ça me rappelle à tout moment que la récidive est probable… L’entourage reprend le cours de sa vie, ce qui est totalement légitime, mais du coup on est moins soutenue. C’est comme si ce cancer est derrière nous…

On sent que les personnes ne veulent plus forcément entendre parler de tout ça, ce que je comprend mais nous on l’a encore en tête, car déjà les symptômes de la chimio sont encore présents.

Pour ma part grosse prise de poids, les douleurs neuropathiques…, les cheveux qui repoussent mais on dirait mafalda la folle, la peau a changé, ce manque de sein quand je suis nue qui me rappelle tout ça aussi…
Difficile pour ma part d’en parler avec mes proches, sûrement par peur de les embêter, les protéger aussi. Les rapports sont pas toujours facile, on se sent incomprise, les paroles que l’on entend sont pas toujours les bienvenues, les gens sont maladroits (je ne leur jette pas la pierre, je l’ai fait aussi)…

Je dirais que « l’après » est peut être plus compliqué que le pendant, car durant les traitements on est à fond on réfléchit pas on fonce…

Contactez l'auteur

Je confirme ma demande de contact de l'auteur en transmettant mon prénom/pseudo, ainsi que mon adresse e-mail.

  1. Sandra.

    Je te comprends, la récidive est ancrée dans notre tête. Mais essaie de ne pas y penser. De toute manière, si elle doit arriver, elle le fera même si tu t’es rendue malade et dépressive à force d’y penser. Je suis en récidive et je l’ai senti arriver.

    Pour les amis, les relations, tu ne peux et pourras compter que sur ta famille. Tes relations seront de plus en plus occupées, au point de t’envoyer un message pour s’excuser de ne pas venir te voir, et certaines te diront qu’elles ont honte.

    Faire une activité te permettra peut être de faire de nouvelles connaissances, et de personnes comme toi.

    Je te souhaite beaucoup de courage, de force, et je te présente tous mes voeux pour 2018 ??

  2. Vous avez tout à fait raison l’après n’est pas évident du tout. Et vu que le traitement est fini on est beaucoup moins soutenu alors qu’on en aurait besoin. Courage ?

    • Tout à fait vrai sur vos commentaires… Depuis que j ai fini mes traitements, je me sens seule, personne pour parler de mon mal-être. J’ai repris mon travail mais c’est très dur la fatigue et la repousse des cheveux, si j’appelle ça des cheveux…
      Avec tout ça je ne sors plus, je me renferme sur moi-même, j’ai beaucoup de mal à remonter la pente… J’ai enlevé le cateter car je n’ai plus envie de passer par là, avec la progression de la médecine ils ne sont pas capable de trouver un traitement sans faire tomber les cheveux. Maintenant je suis surveillée mais bon passer ma vie à combattre pff pour qui et pourquoi.

  3. Je pense aussi que l’après est encore plus compliqué car on a changé. Même si on est très entourée, beaucoup de choses ont changé. Le rapport aux choses et aux gens est différent. On va plus vers l’essentiel… bref c’est compliqué. Ils font des études la dessus…

  4. Bonjour, oui l’après cancer est très dur à vivre au départ et après ça fait parti dans un petit coin de notre tête, enfin pour ma part et quand les bilans annuels nous rappellent le cancer mais il faut rester positif. Oui, risque de récidive mais en attendant la vie est belle il faut la vivre à fond au cas échéant, c’est ma devise actuelle sur la vie. Bon courage à tous

  5. Je confirme votre point de vue sur la maladie pour l’instant je suis en rémission mais la chimiothérapie a fait du bazar à l’intérieur de mon corps. Je suis porteuse de la mutation génétique brca1 donc sous surveillance… Ce stress qui occupe l’esprit à l’approche des examens et cette angoisse d’une récidive pas simple à gérer on fait comme on peut.
    Bon courage et continuez d’avancer à votre rythme

  6. Bonjour. Moi à la différence de vous, j’ai hâte que tout cela se termine. De pouvoir enfin me reposer et prendre du temps uniquement pour moi. Il ne me reste plus que 3 semaines de radiothérapie.
    C’est sûr que depuis l’annonce de mon cancer l’année dernière, quelques amis ont déserté ce fameux cercle. Tout comme la famille. Ceux qui restent (ce qui est très restreint à ce jour) sont les personnes les plus sincères que je connaisse. Dieu seul sait que chaque personne a des problèmes plus ou moins importants dans sa vie. Mais ils ont toujours été là pour moi au cours de cette année difficile.
    C’est vrai que la chimio, la radiothérapie laisse des traces. Pour la peau, j’utilise des produits pharmaceutiques, pour les cheveux (déjà coupés deux fois pour la repousse) avec un shampoing doux à l’huile de ricin (marque de shampoing donnée par mon oncologue).
    Je suis bénévole dans une association pour donner la lecture aux jeunes enfants de primaire. Et je vais toujours au groupe de paroles ou de relaxation. Je vais me remettre au sport cette année.
    Je n’ai pas peur de la récidive car je sais (en accord avec les médecins) que je ne referais plus ce parcours. Donc, je profite à fond de ce que la vie a à m’offrir.
    Bon courage à vous tous.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*