Mon cher Robert

 

Mon cher Robert,

 

Tu vas certainement être surpris par cette lettre qui ne ressemble pas aux précédentes.
Aujourd’hui je n’ai pas envie de t’insulter mais plutôt de te dire merci.

 

Le jour où je t’ai découvert en mon sein, j’ai d’abord pleuré.
Pleuré de peur, pleuré de rage…

 

Ensuite je me suis révoltée.
Je ne comprenais pas pourquoi tu m’avais choisie pour demeure.
Je n’étais pas plus confortable qu’une autre.

 

Alors avec de l’aide, j’ai engagé toutes mes forces pour lutter et t’expulser.
Je n’allais pas me laisser envahir.
Et c’est durant ce combat que j’ai compris que j’étais déjà gangrénée avant même ta naissance…

 

J’avais oublié le goût du chocolat.
J’avais oublié l’odeur du pain chaud.
J’avais oublié la couleur du ciel.
J’avais oublié le chant des oiseaux.
J’avais oublié la caresse du vent sur ma peau.
Et tant d’autres choses encore…

 

Grâce à toi, tous les jours je redécouvre ce que j’appelle mes petits bonheurs.
Ceux qui donnent un peu de douceur et de rondeur à la vie.

 

Comme tu le vois, j’ai bien compris ton message, aussi tu peux maintenant faire tes bagages et libérer les lieux…
Je te promets de ne plus oublier et de savourer chaque minute de la vie.

 

Signée : Ta logeuse temporaire.

 

PS : Tu seras gentil de ne pas aller taper l’incruste ailleurs, chez mes copines. Il y a d’autres façons, plus élégantes de leur faire passer le message !

Contactez l'auteur

Je confirme ma demande de contact de l'auteur en transmettant mon prénom/pseudo, ainsi que mon adresse e-mail.

  1. Valérie Lemoine

    Très jolie lettre à Robert.
    Le mien s’appelle Alfred et je lui parle aussi, parfois même je l’engueule.
    De moins en moins car il nous a permis, à travers sa caverne installée chez moi, l’existence d’une mutation génétique dans ma famille.
    Bon courage à vous et bravo, Sandy, pour ce témoignage.
    Amicalement
    Valerie

  2. Bonsoir,
    J’apprécie énormément votre témoignage.

    C’est exactement mes sentiments. Passée par là aussi il y a 2 ans maintenant, j’avance tous les jours en appréciant tous ces petits ou grands bonheurs.
    Sous hormonothérapie, pas toujours évident, mais rien que de se lever le matin rappelle que finalement nous sommes en vie et ça c’est le plus important!!!! et un réel bonheur puisque que nous pouvons continuer à profiter des joies, des moments petits, grands qu’importe. On apprécie.

    Amitiés à vous et une belle année 2018

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*