Mon histoire

Je m’appelle Aude, j’ai 45 ans, je suis maman de 4 enfants (22 ans 17 ans et 2×8 ans ) et grand-mère d’une petite fille de 1 an. Ancienne femme battue en ayant perdu à la suite de cette sombre période, famille, amis et même enfant pendant un long moment, je croyais enfin que j allais pouvoir vivre Ma vie tranquille et me construire. Mais voilà qu’en décembre 2020, juste avant Noël et encore un sans mes enfants, à la suite d’un frottis, on m’annonce que les résultats ne sont pas très bons et qu’il faut pratiquer une colposcopie qui se révèle pas très bonne et donc je me fais opérer en septembre 2021 (j ai attendu un peu ).


On m’a opérée, on m’a enlevé la partie touchée du col, j’avais souhaité qu’on me le retire, mais le gynéco m’avait conseillé et dit que cela n’était pas nécessaire. À la suite de cela, tous les 2 mois plus ou moins, j’étais suivie par mon gynéco.

En mars 2022, les résultats sont de nouveau pas bons, je dois repasser une colposcopie. Cette fois le gyneco va m’opérer et m’enlever le col de l’utérus. En parallèle il me prescrit sur ma demande une mammographie non pas que j avais des douleurs aucune à vrai dire, juste sur un conseil d’une amie qui m’avait dit que suite à la même opération, son gynéco lui avait conseillé d’en passer une car souvent le cancer du col de l’utérus s’accompagne d’un cancer du sein.

Je suis partie sereine, aucune douleur lors de mon dernier frottis, le gynéco avait palpé il n’y avait rien donc je pars tranquille et là, la mammographie dure, ils me font passer dans une salle car le médecin veut me rencontrer. Il me dit qu’il y a quelque chose mais qu’il ne voit pas très bien, du coup échographie et là, il me prescrit une biopsie, je ressors effondrée.


La biopsie révélera une tumeur bénigne qui sera retirée lors de l’opération. Depuis j’ai des douleurs au sein que je n’avais pas auparavant. Faire de la moto est devenu compliquée car parfois j ai l’impression de n’être pas assise sur mes fesses mais sur un organe de l’intérieur, sans parler des brûlures à l’intérieur, des douleurs aux ovaires et en plus les picotements du sein et tout cela pour entendre la plupart des personnes te dire ça va aller il faut voir le positif, tiens bon ça ira mieux après, il faut rester positif.

Je veux bien mais vous n’êtes pas à ma place, vous n’êtes pas là avec le doute tout le temps de la tournure des choses que cela peut prendre ayant perdu mon papa tôt et rapidement. On sait comment les choses peuvent aller très vite et puis on n’a plus envie de rien, ni de prendre soin de soi.

On pleure tout le temps on se pose dix mille questions sur l’avenir de nos enfants, de qui sera là pour eux etc. Il y a pire et je ne me plains pas, je voulais juste partager mon histoire avec vous, merci à toutes.

D’autres témoignages autour du cancer du col de l’utérus :

Contactez l'auteur

Je confirme ma demande de contact de l'auteur en transmettant mon prénom/pseudo, ainsi que mon adresse e-mail.

  1. Bonjour Aude, je m’appelle Justine j’ai 33 ans et ma maman qui a 65 ans vient d’apprendre qu’elle a un cancer du sein metastasé av ganglions, sternum et quelques nodules au poumon. L’annonce de son cancer a fait l’effet d’une bombe dans notre vie. J’ai été effondrée, je suis passée par le stade de la colère de la peur j’ai envisagé le pire, combien de temps dans quelle condition et puis j’ai vu ma maman, mon héroïne, affronter la nouvelle av une volonté de se battre jusqu’au bout, quoiqu’il advienne et croyez moi cela à remis les pandules à l’heure. Cette fameuse phrase, reste positive, c’est celle que je me répète tous les matins et tous les soirs et c’est le mot d’ordre de notre nouvelle vie, avec la maladie. Personne ne peut se mettre à la place du malade mais une chose est sûre, chaque instant mérite d’être vécu le plus sereinement possible et il faut faire de chaque bataille de sa vie un point positif pour aller de l’avant
    Je vous souhaite tout le réconfort et l’amour de votre entourage. Prenez bien soin de vous

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*