Oeufs au plat

Cela fait quinze mois déjà que mon corps tente de faire « ami-ami » avec la prothèse que j’ai accueillie. Il a tenté plusieurs approches pour qu’elle se sente à son aise, qu’elle s’adapte à son environnement très charmant, mais rien ne semble lui convenir suffisamment.

Elle s’acharne à pousser les murs pour sortir de son foyer, à tirer sur les fils pour tenter de s’envoler, à frapper les cicatrices pour les faire lâcher. Chacune de ses tentatives met tout mon corps en douleurs, chacun de ses gestes fait que je la déteste.

J’ai perdu beaucoup de mes plaisirs quotidiens pour conserver cette forme de sein.
Je ne fais presque plus de sport, la demoiselle n’aime pas les efforts.
Je conduis très peu, chaque fois que je touche le levier de vitesses, elle me blesse.
J’évite les bains de foule de peur d’être cognée et qu’elle me le fasse payer.
Je ne m’appuie sur rien, je ne porte rien pour éviter de la contrarier.
Mais le pire de tout, c’est que je ne prends plus mon mari et mes enfants dans mes bras en les lovant tendrement. Je ne les serre pas contre mon corps aussi fort qu’avant. Oui, depuis des mois, je les câline en maintenant une distance de sécurité qu’elle a fini par m’imposer.

Je porte sur moi la beauté d’un joli néné, je porte en moi une souffrance dont il faut me débarrasser.

Il y a quelques jours, j’ai dit au Docteur ProDuLolo que, malgré son bon boulot, je devais faire face à ma réalité, cette chose ne m’a pas acceptée.
Je lui ai dit que je voulais qu’il me répare, qu’il m’aide à prendre un nouveau départ.

Ce Docteur, tout en douceur, m’explique que ce n’est pas la prothèse qui est fâchée contre moi, qui me rejette malgré mon joli minois.
Il s’agit bien de mon muscle, celui qui lui sert de fondations qui me fait souffrir. C’est bien lui qui se tend à chacun de mes mouvements, qui se contracte à chacun de mes actes.  Ce muscle a déjà beaucoup souffert lors de mon premier cancer, il a subit plus de quarante séances de radiothérapie. Il est fatigué et irradié. Malgré les années passées, il est encore affaibli, cette prothèse est de trop pour lui.

Je dois me rendre à l’évidence, c’est moi qui veut qu’elle dégage de là, ce n’est pas elle qui ne veut pas de moi.

La solution pour mon nichon est de procéder à « une mise à plat », de le transformer en oeuf au plat. Je me suis effondrée en entendant le Docteur me l’annoncer, mais il me promet des jours meilleurs et me dit de ne pas avoir peur.
Depuis toujours, je dis que je ne veux pas vivre dans un corps déséquilibré, que je ne veux pas vivre avec un seul néné.
Mon mari, avec moi ce jour là, en reparle de vive voix : « et que fait-on du deuxième sein, même si nous savons que pour l’instant il va bien? »

Il a raison, ce sein va bien, mais nous savons depuis longtemps qu’il est très menacé, que les risques de récidives sont bien présents, que lui aussi pourrait se réveiller et finir par  m’emporter.

Nous n’avons pas mis longtemps pour nous décider : c’est deux oeufs au plat que j’aurai.

Nous disons oui à la mise à plat totale, oui au ratiboisage intégral.
Nous disons oui à ma renaissance, oui à ma vie pleine d’espérance.
Nous disons oui à des statistiques en ma faveur, oui à un avenir meilleur.

Après quelques jours d’émotion forte, c’est le soulagement qui m’envahit. Dans quelques semaines, je serai débarrassée de mes douleurs et aussi d’une part de mes peurs. Je crois que cela n’a pas de prix, que nous avons vraiment bien choisi.

J’ai un petit mois pour leur dire au revoir à ces deux là.
Mon image va changer, je vais perdre un atout naturel de féminité.
Mais j’ai confiance en moi, en mon élégance naturelle et ma capacité à me faire belle. D’ailleurs, mon amoureux heureux l’a bien compris lui. Il s’est déjà mis en chemin en m’informant tendrement qu’il allait miser sur mon joli derrière, qui lui n’a pas de cancer…

Partager :

Contactez l'auteur

Je confirme ma demande de contact de l'auteur en transmettant mon prénom/pseudo, ainsi que mon adresse e-mail.

  1. Très émue e par votre témoignage si touchant
    Je vous souhaite beaucoup de courage pour la suite une belle vie à venir
    Signé une amazone

  2. Bonjour, suite à une récidive, j’ai dû subir une mastectomie bilatérale en juillet 2017. Le chirurgien qui m’a opérée et les 2 chirurgiens plasticiens que j’ai consulté ensuite m’ont tous déconseillé les prothèses pour tous les désagréments que vous décrivez. En effet, la radiothérapie fragilise nos muscles intérieurs. La méthode la plus conseillée étant le diep, en tout cas pour une mastectomie bilatérale. Le grand dorsal risquant de nous « ‘handicaper  » un peu plus dans nos mouvements. L’annonce de la mastectomie bilatérale est très dure à avaler et je ne voulais pas sortir de l’hôpital avec des œufs au plat comme vous dites ! Lol ! Mais j’ai bien fait d’écouter mon chirurgien et toute l’équipe médicale car aujourd’hui, 2 ans après, j’ai toujours mes œufs au plat et je réfléchis encore pour le DIEP car grosse intervention, donc encore des cicatrices, des souffrances, etc… finalement, je pense qu’il est plus « facile » d’ accepter son corps avec 2 œufs sur le plat plutôt qu’un seul, enfin c’est mon avis personnel. Je vous souhaite plein de courage Valoo et vous envoie plein d’ondes positives. Mimi

  3. Evelyne Glever

    Une mastectomie totale en juillet je réfléchis sur la suite. Je pense vraiment ne pas me faire reconstruire. Je sais j ai un an devant moi pour prendre une décision. Mais que faire de l autre sein ? Merci de vos retour et courage à toutes

  4. Bonjours j ai un cancer du sein et j ai décider dès le début d’enlever les deux ! Mon cancer est génétique donc voilà mon choix est fait je vit très bien sans mes seins qui pourtant on nourrit mes 4 enfants mais voila une page c est tournée et je le vit très bien

  5. Mastectomie partielle en juin. Vous êtes admirable
    Bon courage et surtout bonne continuation. Pour ma part dernière séance de radiothérapie aujourd’hui. Ensuite 5 ans hormonothérapie. Je garde le moral coûte que coûte

  6. J’ai vécu exactement la même situation que vous ! La mastectomie bilatérale avec reconstruction immédiate par prothèses effectuée lors de la récidive( 20 ans plus Tard) n’a été qu’un Vaste échec ! Tant de douleurs et de gènes que je ne supportais plus ! J’ai donc décidé de faire tout retirer et devenir une planche A pain , ou 2 œufs au plat ! Au choix ! C’etait Pourtant tout ce que je ne voulais pas lors de ma mastectomie ! Mais j’ai préféré cela plutôt que de continuer à souffrir et galèrer. Maintenant je ne peux pas dire que je m’ai Ainsi Mais je fais avec ! Je n’ai pas d’autres Choix ! Bon courage à vous ! Annie

  7. Brigitte Martin

    Très émue par votre témoignage, vous avez pris une excellente décision , ne laissez aucune chance à ce foutu crabe de vous attaquer encore une fois . Il a perdu la bataille avec vous . Je vous souhaite de vivre de très longues années avec vos deux œufs au plat , Que du bonheur pour vous et votre Famille. Une pensée pour Notre étoile Dany qui brille depuis le 14 Août ❤️

  8. Idem que certaines, double mastectomie totale avec exerese des mamelons, j’ai 35 ans et c’était il y a 2 ans. J’ai eu un cancer sur le droit et ai préfère retiré le gauche par peur de récidive. Ils ont été reconstruit immédiatement mais le rendu n est pas top et effectivement les muscles se contractent et c’est très moche
    Mais je n imagine pas un seul instant mon reflet dans le miroir sans forme . Pour le moment je préfère les garder. Mais la phrase me plait beaucoup…Je porte sur moi la beauté d un joli nene, je porte en moi la souffrance dont il faut me débarrasser…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*