Travailler avec sa maladie

Il y a un an on m’a diagnostiqué un cancer du sein.


Un de mes 3 piliers venait d’être atteint. Il fallait donc que les deux autres restent en place.


J’ai continué à travailler à temps partiel thérapeutique pendant toute la période des soins : 3 opérations, 6 séances de chimio, 25 de radiothérapie et maintenant l’hormonothérapie…


Ce n’est pas facile tous les jours, mais cela fait également partie pour moi, de ma thérapie : ne pas être confiné dans la maladie, montrer à mes enfants et à mes proches que la vie continue comme avant…


Tout n’est pas facile tous les jours et des fois mon corps me rappelle à l’ordre et je dois prendre quelques jours de repos….


Mais c’est possible ! Des structures peuvent vous accompagner dans la mise en place de votre temps partiel thérapeutique, votre aménagement de poste si besoin, dans le dialogue avec votre employeur…


C’est juste un choix et une envie…

Tous se respectent… C’est à vous de choisir votre équilibre et pas aux autres de le faire à votre place.

Contactez l'auteur

Je confirme ma demande de contact de l'auteur en transmettant mon prénom/pseudo, ainsi que mon adresse e-mail.

  1. Continuer à travailler, cela fait du bien, surtout le contact si vous avez des clients à suivre… moi cela m’aide tous les jours car je suis en 2ème récidive métastatique et je travaille à mon rythme en accord avec mon patron… mais je suis bien, même si je suis fatiguée tous les jours.
    Cordialement

  2. Tellement important de travailler et de ne plus penser au statut de « malade », mener une vie dite normale aide à guérir cdt

  3. Jolly Véronique

    Bonjour et bravo à vous moi j’en serais incapable trop fatiguée. Il me reste 3 chimios sur 15 une par semaine et après 6 semaines de rayons. Je suis aide à domicile et parfaitement incapable d’aider mes employeurs… L’atmosphère covid plus le décès de ma maman il y a deux mois plus mon cancer sans vouloir me plaindre ça fait beaucoup.. Encore bravo à vous….

  4. LEBESGUE CHANTAL

    Bonjour,
    Respect à vous, pour votre courage. Pas évident tous les jours, n’est-ce pas ?
    Moi-même, j’ai été opérée d’un cancer du sein en Octobre 2020. J’ai n’ai eu que 9 séances de chimio sur les 15 prévues, car bcp trop d’effets secondaires graves.
    Je vais commencer le 22 avril mes 33 séances de radiothérapie, puis ce sera ensuite hormonothérapie pdt minimum 5 ans, voire 7 ans. Bref, le parcours est encore long, et fatigant, mais bon ……pas le choix, si je veux vaincre ce maudit  » crabe « .
    Je suis en retraite depuis juillet 2019, mais mon travail me manque. ( je travaillais au service clients d’un labo pharmaceutique) J’aurai aimé tout comme vous, pouvoir travailler malgré mon cancer. C’est une bonne thérapie.
    Que vous souhaiter si ce n’est > force et courage pour la suite. Je vous envoie pleins d’ondes positives er croise les doigts pour vous.
    Cdt.

  5. Bonjour
    Vous avez raison, continuez à travailler, accrochez-vous ! C’est fatigant, parfois très douloureux pendant certaines périodes de chimio, mais c’est la voie de la guérison. Et surtout cela permet de conserver son emploi et son indépendance financière. Le père de mes enfants ne m’a jamais soutenue pendant les traitements et m’a abandonnée pour une autre au bout de quelques mois d’hormonothérapie. Les gens se révèlent parfois d’une manière moche face à la maladie de leur conjoint. Alors heureusement que j’ai conservé mon job ! Oui, continuer à travailler a été ma planche de salut !
    Vous avez pris la bonne décision, courage, et continuez !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*