Un train qui nous passe dessus à la nouvelle

J’ai 45 ans dont 26 passés avec ma femme, je lui ai toujours dit que c’est mon âme soeur, je nous imaginais comme, pour ceux qui connaissent, « Raymond et Huguette » mais en moins méchant lol.

 

Puis mardi 06/12/18 tout a basculé, cette saloperie de cancer s’est invité chez nous, ça lui a soufflé les jambes à ma moitié car tout s’enchaîne vite très très vite. Jeudi le chirurgien va pratiquer l’ablation du sein gauche et du ganglion de son aisselle. Elle est encore abasourdie et sous le choc. On a l’impression de s’être pris un bus en pleine tronche (si vous me permettez l’expression).

 

Malheureusement j’essaie de faire le solide devant ma femme et mes fils, mais intérieurement je suis anéanti. Pour elle etc… comme tout le monde, je pose la question sans avoir les réponses. Mais maintenant qu’il vit parmi nous, pas simple de composer et de l’oublier. Comme toutes les femmes et hommes qui subissent, on va se battre, mais pour accepter, enfin pour moi c’est dur.

 

Merci au groupe de m’avoir laissé écrire quelques mots, juste pour extérioriser, ça fait du bien.
Je comprendrais que cela ne soit pas publié, merci quand même.

Contactez l'auteur

Je confirme ma demande de contact de l'auteur en transmettant mon prénom/pseudo, ainsi que mon adresse e-mail.

  1. Elle a de la chance d’avoir quelqu’un qui s’inquiète pour elle . Vous ne pouvez pas la guérir ça c’est le travail des médecins mais votre soutien sera le meilleur médicament. Sachez qu’elle aussi fera la forte pour vous preservez vous et vos enfants.
    Moi je fais la forte devant tout le monde , je n’ai pas eu d’effets secondaires de la chimio donc tout le monde même mon compagnon croît que je vais bien . Soyez attentif ! La souffrance physique peut être visible, la mentale les femmes sont spécialistes pour savoir la masquer.
    Je vous souhaite bon courage à elle , à vous , à vos enfants, vos familles, tout le monde est impacté par cette maladie  » de merde  » .

  2. Letendre corinne

    Bravo d’avoir écrit ce que vous ressentiez on se place souvent du côté du malade mais les proches de chaque jour sont touchés dans leur âme. Je suis également malade et mon mari est mon indéfectible soutien.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*