2015 sous le signe du cancer

Pour moi tout a commencé par la découverte d’une boule sous les aisselles mi-décembre 2014, les fêtes de fin d’année approchant, j’ai remis cela début 2015. J’ai pris rendez-vous avec mon médecin traitant qui m’a demandé de faire une échographie axillaire + mammographie… Les résultats étant divergents, mon généraliste m’a pris rendez-vous en urgence avec ma gynécologue pour qu’elle donne sont avis…. Elle m’a de nouveau prescrit une échographie et m’a demandé d’aller dans un centre de radiologie sur Versailles.

De ces nouveaux résultats on m’a demandé de faire une biopsie sein et ganglions…. Elle a eu lieu le 6 mars 2015….
Le 16 mars 2015,  j’apprends que j’ai un carcinome canalaire infiltrant triple négatif de grade III, étendu aux ganglions axillaires, au programme pet scan pour savoir si d’autres organes ont été atteint (par chance juste le sein et les ganglions étaient concerné), chimio pour réduire les ganglions, suivi de la chirurgie (masectomie partielle + curtage axillaire) et radiothérapie (30 séances).

Les séances de chimio dans l’ensemble se sont bien passées pas beaucoup d’effets secondaires (perte de cheveux, peau sèche, ongles cassant), après la chirurgie les séances de kiné indispensable et la radiothérapie rien de marquant si ce n’est que d’aller à l’hôpital tous les jours est pesant.

J’ai terminé mon parcours le 25 novembre 2015 et j’ai repris le travail le 1er décembre 2015.
Durant cette épreuve, j’ai été très entourée que ce soit par ma famille, les amis, les collègues de travail et l’équipe médicale dans son ensemble.

J’ai 36 ans et au vu du type de cancer, j’ai fait un test de génétique. Je suis en attente des résultats.
Je souhaite beaucoup de courage à toute celles qui débutent leur parcours.

Contactez l'auteur

Je confirme ma demande de contact de l'auteur en transmettant mon prénom/pseudo, ainsi que mon adresse e-mail.

  1. Bonjour,
    Je vois qu’on a le même âge, le même type de cancer et on l’a appris pendant la même période de fête à un an de décalage jour pour jour. J’ai appris aujourd’hui même qu’un des ganglions est atteint donc 2 ème opération après la chimio et c’est un type triple négatif. C’est compliqué. Vous pouvez peut être m’éclaircir certaine chose. Je suis perdue et devant le médecin aujourd’hui j’ai perdu la voix

    • Bonjour Carotte,

      Posez toutes les questions que vous voulez je vous répondrais au mieux par rapport à mon expérience.

    • Bonjour

      Je viens d’apprendre que j’ai un cancer carcinome canalaire triple négatif stad 3. Avec une tumeur de 8 cm. Est ce que j’ai l’espoir de garder une partie de mon sein

  2. Et avec votre témoignage je viens de me souvenir qu’il y a environ un an j’avais une boule sous l’aisselle mais comme je m’étais coupée le doigt de la main du même bras, j’ai fait le lien sans m’imaginer que c’était grave et la boule à disparu après.

    • Pour ce qui est de la boule sous les aisselles, il a été suggéré qu’il s’agissait d’une réaction suite à une griffure de chat (j’en ai deux) mais on m’a quand même fait la biopsie…. et les chats n’étaient pas coupable

  3. C’est très gentil de votre part.et aujourd’hui vous vous sentez aussi en forme qu’avant les traitement et la maladie ou vous avezm’as repris toute votre capacité physique.j’aimerai savoir si le triple négatif est parmi les plus gravé car le médecin a esquivé quand j’ai demandé le taux de survie dans mon cas..triple négatif?. Taux de prolifération très élevé ? Indice mitotique élevé ? Curage axillaire d’ici 4 mois car chimio plus urgent.le 02 fev 16.merci

    • Bonjour Carotte,
      Désolé pour mon retour tardif….
      Pour moi la vie a reprit son court… Tout se passe pour le mieux… Je ressens parfois de la fatigue dans ces moments là je lève le pied…. mais j arrive a tenir sans difficulté mes journées à temps plein.
      Après concernant ta question je sais que c ‘est un cancer agressif mais pour moi tout s’est bien dérouler donc je ne pense pas que le médecin a voulu éluder la question c est qu il ne peut y répondre.

    • Bonjour Carotte ,
      J’ai eu le même cancer que vous, en sept 2013 opéree en octobre puis chimio et rayons. J’avais 44 ans. Aucun antécédent familial mais suivie car beaucoup de kystes.
      J’avais 2 tumeurs dans le même sein et à l’IRM 2 autres in situ c’est-à-dire très petits. Là, je suis en rémission et reconstruction par graisse (3 eme en juin )j’ai repris le travail depuis 1 an et 3 mois (je suis infirmière). Il faut poser les questions mais ne pas se démoraliser. Je me suis fait aider par un homéopathe connu chez moi et qui me donnait un traitement en parallèle.
      Maintenant j’ai retrouvé ma forme, presque, si ce n’est que la chimio laisse des traces…
      Courage et n’hésitez pas

  4. brienne danielle

    J’ai découvert mon cancer du sein lors d une mammographie de contrôle. Carcinome lobulaire infiltrant. La tumeur était cachée derrière le mamelon donc invisible au toucher. Il est donc important de faire des mammos tous les deux ans. 1ère opération du sein avec ablation du mamelon et du ganglion sentinelle puis seconde opération car ganglion atteint. Finalement un seul ganglion atteint. J’attends pour débuter ma radiothérapie. 33 séances prévues. Ce qui un peu penible en ce moment c est que mon emploi du temps tourne autour de la maladie. Il ne faut pas que je me plaigne car je n aurais finalement pas de chimio et que dans quelques semaines je pourrai passer a autre chose. Il faut garder le moral et se dire qu’aujourd’hui on guérit de ce cancer et qu’après on devient plus fort. Je reste à votre ecoute

  5. Bonjour Carotte,
    Désolée pour ce retour tardif….. Pour moi la vie a repris son court…. Tout se passe bien j ai meme repris plein temps au 1 er janvier 2016…. Te concernant je ne pense pas que le medecin te cache des choses …je pense qu il ne doit pas savoir…. il y a trop d inconnu…
    J’avais un triple negatif et aujourd’hui je vais bien alors n’essaie pas trop d interprete ou de regarde sur internet car il n y a rien de pire pour se faire peur…
    Bon courage

  6. Bonjour

    Triple négatif aussi … c’est déjà très dur de recevoir la nouvelle de cancer … mais avec se prognostic j’ai peur … je viens d’apprendre cela et j’ai peur de mourir pour mes 32 ans …

    Tout est chamboulé … moi qui voulait des enfants … ce n’est plus d’actualité …

    c’est pas perdre mes cheveux et tout ca qui me fait peur … vu que je vais avoir un seins en moins … mais bien la peur de ne pas m’en sortir … si d’autre femme sont concerné par le triple négatif et veulent parler … j’ai vraiment besoins d’être rassurée et de savoir comment appréhender la suite des événements ( chimio opération radio je crois )

    Merci

    • Bonsoir Karine,
      Comme toi diagnostiquée, cancer triple négatif grade 3 à la fin août 2016, je n’en menais pas large et mes craintes ressemblaient en tout point aux tiennes.
      Depuis j’ai été opérée une première fois, ablation complète du sein porteur de la maladie car moi même porteuse de la mutation génétique BRCA1. Par la suite, traitement par chimiothérapie qui s’est plutôt bien passé, rien à voir avec tout ce que j’avais entendu dire et qui m’effrayée ++
      Seconde opération la semaine dernière avec ablation complète de l’autre sein, mais là, il s’agissait d’un geste préventif afin d’éviter la récidive sur ce 2nd sein, toujours à cause de ma mutation génétique. Plus de lolos mais la vie pour continuer à profiter de mes enfants et ça,
      ça vaut de l’or ! Chaque histoire est différente … La tienne en sera une autre mais ne te décourage pas, c’est important de garder le moral ! Continue à donner de tes nouvelles, je prendrai le temps devenir discuter avec toi. Bises,

      • Merci beaucoup lyn … je commence seulement à digérer la nouvelle … plus de cheveux en ce moment … dur de se reconnaître mais je me dis que c’est temporaire …

  7. Bonsoir.
    On vient de me diagnostiquer un carcinome mammaire infiltrant triple négatif. Je n’ai que 29 ans… Comme vous toutes, j’ai beaucoup de questions et d’appréhension. J’essaie de prendre les choses comme elles viennent mais difficile de ne pas envisager le pire ce qui amène des angoisses. Je pense aussi que le fait que je sois infirmière n’aide pas…
    Le médecin prévoit de la chimiothérapie avant une chirurgie car la tumeur est relativement grosse. Il veut la réduire avant d’opérer puis j’aurais de la radiothérapie.
    J’avoue que je suis complètement perdue, même si j’essaie de le cacher à mon entourage car je veux les protéger…
    J’ai plein de projets en tête et malheureusement je dois les mettre de côté le temps de guérir. C’est très dur pour moi…
    Comment avez vous réussi à garder le moral ????

  8. Bonjour a toutes
    J’ai 57 ans. J’ai un carcinome canalaire infiltrant décelé en septembre 2016. J’ai commencé par la chimio de octobre à debut mars 2017. J’avais une tumeur importante au départ, elle a diminué suite à la chimio, mais a éclaté en petites cellules actives. Le chirurgien a décidé donc l’ablation du sein et et curage axillaire, en avril. Tout c’est bien passé. J’attendais mes séances de radiothérapie. Entre temps ma kinésithérapeute a découvert une petite boule sous cutanée exactement au même niveau que l’ancienne tumeur. Verdict tumeur de même type que l’autre triple négatif. Gros choc. J’ai u. Traitement de radiothérapie en parallèle avec une autre chimio. Les médecins ne sont pas très rassurants. Mais ils n’ont pas épuisé tous protocoles. Mais malgré tout je garde espoir car physiquement je suis en forme.
    Si vous avez des témoignages similaires je suis preneuse. Merci d’avance.

  9. Bonjour à toutes, je vous écris car comme vous j’ai un carcinome canalaire infiltrant triple négatif de grade 3 qu’on m’a diagnostiqué en avril dernier. J’ai 43 ans. J’ai commencé la chimio néo adjuvante en mai, la tumeur a bien réduit (de plus de 7 cm à 2,5cm au dernier irm) mais il me reste encore des séances de chimiothérapie (12 prévues après les 4 EC) et je le supporte moyennement, voire assez mal mais ça reste encore gérable. Ensuite on me prévoit l’ablation complète (voir l’autre sein aussi et peut-être les ovaires plus tard si j’ai une mutation BRCA) et 5 semaines de rayons quotidiens. Bref je ne sais pas si j’irai au bout car j’envisage de passer à des choses plus alternatives et de demander d’autres avis chirurgicaux.
    En fait je tenais à vous écrire car il faut penser aussi en plus des traitements lourds à faire de grands changements dans notre conscience et notre manière de penser et de nous penser (en plus de changer sa nourriture et son hygiène de vie). Ne pas tout envoyer forcément balader mais changer sa réaction aux choses, moins stresser, tenter de comprendre quelles causes profondes ont généré le cancer : c’est une dégénérescence, elle a donc une cause et un sens. Ne pas hésiter à méditer, à s’aimer. Il me semble surtout important de ne pas paniquer et d’avoir confiance en son corps et son pouvoir de guérison même si tout ça fait très peur (ceci dit je n’ai jamais eu peur de mourir de ce cancer, je me suis dit « que veut me dire mon corps ? »- et j’espère que ce n’est pas de l’inconscience mais plutôt un genre de savoir inné qu’on avait oublié et qui consiste à récupérer son pouvoir de guérison). Ne pas perdre espoir, nous sommes si nombreuses à être atteintes qu’il est peu probable que nous en mourions toutes. Pour celles qui veulent il y a le très bon bouquin Rémission Radicale de Kelly Turner qui a étudié de nombreux cas où des gens perdus s’en sont très bien sortis. J’ai aussi vu le témoignage d’Aija Mougeolle, son cancer était hormonal mais très agressif comme le nôtre et elle en est sortie en forme, avec ses deux seins en bon état et ce depuis 2010. Le blog Les cahiers de carcinome est super aussi, une jeune femme avec un triple négatif qui raconte son parcours et donne plein de conseils. Vraiment chaque cas est unique et parfois il faut suivre son intuition envers et contre tout.
    Pour le moment je tente de maximiser l’effet de la médecine chimique mais je compte vraiment tenter autre chose. Aussi il faut savoir qu’en plus des irm mammaires normaux existent les galacto irm qu’on ne nous propose pas forcément mais qui servent à voir dans les canaux galactophores, ça peut servir de savoir où on va avant d’opter pour l’ablation complète.
    Bon courage à toutes, c’est une épreuve très dure pour nous et nos proches mais on peut vraiment s’en sortir. Seul le destin détermine le moment de notre mort, et si ce n’est pas au programme pour le moment, c’est qu’il faut comprendre le message du cancer (quand sert à comprendre). Plein d’amour et de bonnes vibrations à toutes.

  10. J’ai eu un cancer du sein en 2006 à 32 ans. Carcinome infiltrant de grade 3 HER2 POSITIF. Autrement dit très agressif. A l’époque on donnait pas plus de 5 ans de survie aux femmes ayant ce type de cancer, touchant 20% des femmes ayant un cancer du sein. J’ai bénéfice d’un traitement novateur à l’époque et encore à l’étude. Plus chirurgie, chimio, radiothérapie , traitement hormonal. Mon sein a été préservé. Aujourd’hui, je vais bien. Pas de récidive. J’ai donné naissance à une jolie petite fille en 2014. Mon rêve. Mon témoignage s’adresse à toutes celles qui sont malades, ne perdaient pas espoir. On peut s’en sortir.

  11. Bonjour Isa
    Merci pour ce témoignage
    Je suis en plein Traitement d’un her2+. Tu me donnes espoir.
    Le traitement est difficile et je suis remplie de doute…
    Merci à toi

  12. Fasquel Véronique

    Bonjour à toutes,
    Je viens puiser beaucoup de courage au coeur de vos témoignages, car depuis une semaine j’ai été diagnostiquée pour cancer canalaire infiltrant de haut grade (4). Ce matin, j’ai passé une IRM mammaire après deux biopsies, qui révèle que mon sein est envahi par plusieurs tumeurs, avec une suspicion d’atteinte aux ganglions.
    Lundi, rdv est pris avec le chirurgien. Après m’être longuement documentée, je sais qu’une mastectomie et un curage axillaire m’attendent… Je vais avoir droit à une hormonothérapie et à de la radiothérapie d’après mon médecin traitant. Je suppose que je vais devoir subir également de la chimio et j’ai très peur des effets secondaires de ce traitement lourd.
    Comment faites-vous toutes pour avoir un tel moral après la révélation de votre maladie et les soins qui s’ensuivent ?
    En ce qui me concerne, je savais qu’un jour ou l’autre je serai confrontée à cette maladie (ma mère ayant été atteinte par un cancer du sein) et puis la vie avançant, on se dit que peut-être on passera à travers les mailles du filet… Eh bien non !
    Nous sommes toutes dans la même galère et il va falloir se battre pour espérer vivre le plus longtemps possible, c’est notre seule chance de survie que de se soigner.
    J’ai déjà passé nombre d’examens qui ont confirmé la maladie. Ce qui m’a profondément rassurée et réconfortée, ce sont la gentillesse et le dévouement du personnel soignant. Cela fait chaud au coeur de se sentir considérée non comme une malade, mais comme une personne dans son intégralité humaine.
    La maladie pour moi semble être prise à temps, alors j’ai de bonnes chances de survie. Néanmoins, il faut que je garde le moral et cela ce n’est pas évident.
    En tous les cas, bravo à toutes, vous êtes merveilleuses de courage et de ténacité !
    J’espère vous rejoindre sur ce même chemin d’optimisme et de volonté au fil des semaines et des soins qui m’attendent.
    Véronique

  13. Bonjour à toute,
    Cancer triple négatif annoncé janvier 2016 avec atteinte ganglionnaire axiliaire , sus claviculaire et médiastinale. Après chimio néoadjuvante, tout avait disparu!!!!(réponse complète depuis juin 2016). Ensuite ablation et radiothérapie, un long parcours plein de peur et de doutes…mais à 38 ans et 3 jeunes enfants , il faut se battre!
    Aujourd’hui, je suis en rémission complète depuis bientot 2 ans et demi….petscan à l’appui, il n’y a plus rien!!!! Je vous souhaite plein de courage pour ces moments difficiles mais qui en valent le coup!
    Virginie

    • Bonjour j’ai eu un cancer triple négatif grade 3 deux ganglion axillaire atteint je voulais savoir si vous avez changer quelque chose votre alimentation ou quelque chose après votre cancer

  14. Bonsoir,
    J’écris sur ce site que j’ai trouvé au gré de mes recherches car je suis perdu…
    Ma femme a été diagnostiquée pour un carcinome canalaire infiltrant triple négatif de grade III, étendu aux ganglions axillaires il y a 2 semaines, même si on s’en doutait depuis maintenant un mois.
    Et depuis, mon monde s’écroule…
    Je sais être fort, garder le moral et la tête haute, être présent pour ma femme et notre jeune fils, les faire rire, mais au fond je suis dévasté et la peur de la perdre me ronge…

    Je ne sais pas ce que j’attends en écrivant ici… sûrement de l’espoir, de la compréhension, un petit quelque chose de positif.
    Même si à la lecture de tous vos messages l’espoir semble permis, je ne peux m’enlever de la tête que le temps nous est compté.

    La chimio commence demain, mais j’ai lu qu’elle n’etait pas souvent efficace contre ce type de cancer et que le seul espoir était souvent le fruit du « hasard », qu’il n’y avait pas de traitement réellement fiable pour ce cancer agressif, avec un très fort risque de récidive.

    J’ai tellement peur… :’(

    • Bonjour Anthony,
      je te donne mon avis, j’aimerai que mon mari me dise qu’il a peur de me perdre; que lorsque je suis fatiguée qu’il me dise de me reposer et que ça ira mieux demain. Qu’il me prenne par la main pour me faire faire des folies. Nous avons une boule aussi dans le ventre qui ne partira plus jamais, on doit à tout prix empêcher cette peur de nous ronger.
      Merci Anthony, pour ton témoignage, peu d’hommes arrivent à mettre des mots sur leurs sentiments, puisque tu as cette formidable qualité, fais en profiter ta moitié.

    • Salut Anthony,
      Je ne sais pas si je vais t’aider car je suis dans ta situation avec 3 mois d’avance seulement.
      Notre vie a basculé le 17 septembre dernier, où il a été diagnostiquer le même cancer à ma femme, avec la particularité qu’elle était enceinte de 6 mois.
      Une semaine après elle commencait la chimio et 2 mois après une césarienne pour que la petite n’en subisse que 2 sur les 16 prévues.
      Je peux te dire qu’au début tout va extrêmement vite, la prise en charge, les rdv à courir, etc… on subit complètement la vie. Ça donne presque le vertige.
      Mais après il faut reprendre le dessus, normal tu vas me dire, nous on est pas malade et on le doit, parce qu’on les aime, de faire bonne figure et de gérer pour la famille.
      Je pense qu’il ne pas faut chercher à vivre comme si ta femme n’était pas malade, mais plustot tout faire pour vivre avec la maladie. Il n’y aura plus rien comme avant, il faut VIVRE au jour le jour. Le plus important c’est Vivre et ne pas attendre la guérison. Il y a des moments où je suis en colère, je pleure ou j’ai envie de tout péter, je le fais dans mon coin pour ne pas en rajouter à la famille. Je discute énormément avec ma femme et mon beau fils, pour que rien ne sois tabou.
      Plus rien ne sera identique pour nous, je ne remettrai plus jamais une envie au lendemain. Et nous prenons chaque bonne nouvelle ou bonne chose dans la vie avec plus de plaisir (tu relativises en fait) la première a été l’arrivée de notre fille, et il y en a d’autres et encore à venir.
      Nous savons que ça va être long et difficile mais je ne veux pas baisser les bras. Surtout qu’il faut faire en sorte de lui remonter le moral quand elle en aura marre de se soigner, car c’est con mais en fait c’est tellement dur de soigner cette maladie et à accepté d’aller moins bien pour aller mieux pendant aussi longtemps.
      Nous ne serons plus les mêmes personnes après ça, j’en suis persuadé.
      Il est difficile d’admettre pour moi que c’est dur aussi car moi je ne suis pas malade. Ce n’est pas juste vis à vis de ma femme et pourtant j’ai ce sentiment de temps en temps.
      Maintenant je pense à une phrase que j’ai lu et elle a pris tout son sens le 17 septembre 2018.
      Vivre est un privilège que tout le monde n’a pas. Et je suis bien décidé à tout faire pour que ma famille profite sans attendre et même si il y a des moments difficiles et il y en aura encore.
      Je flippe à mort de vivre sans elle, et je me dis qu’à chaque instant je voudrais être avec elle, et pourtant au moment où je t’écris je t’assure qu’à la maison tout n’est pas rose et que la routine de gérer cette merde de maladie prends le dessus, à telle point que je n’ai pas tenu ma promesse de la serrer fort dans mes bras chaque jour. Alors je m’empresse de rentrer chez nous et de l’embrasser de tout mon cœur, de la câliner, de lui dire que même sans cheveux elle reste magnifique et de lui rappeler qu’elle est l’a personne la plus forte que j’ai eu l’occasion de croiser dans ma vie et à qu’elle point je suis fier d’être dans la sienne.
      Et si elle lui ce message .

      Voilà des idées un peu dans le désordre, et bon courage à vous.

      Mickaël

      • Bonsoir Mickaël,

        Quand je vous lis je me dis que votre femme as de la chance de partager votre vie.
        Je me sens concerné dans vos ecrits car le 24 novembre 2017 ont m’avait annoncé un cancer du sein TN en etant aussi enceinte de 6mois 1/2 donc ce que vous traversez mon mari mes enfants et moi nous l’avons traversé et nous en sommes toujours aussi choqués car ont ne pensent pas qu’en étant enceinte ont puissent avoir un cancer!
        Aujourdhui je me dis que ce bébé m’as sauvé la vie car sans lui je n’aurais pas été aussi forte.
        Je voudrais vous donner tout mon courage je sais que votre femme va se battre pour elle pour vous et pour son bébé!Apres la tempête le beau temps je l’espère pour vous.
        En tout cas vous avez tout mon soutient.NEVER GIVE UP!!!

  15. bonjour
    mon parcours: 2003 cancer sein droit , tumorectomie, curage axillaire, chimio rayons , gros bras coté droit, 2005 ABLATION UTERUS, 2007: infarctus, traitement a vie et pose de deux stent, ensuite calculs renaux aie ca fait mal, puis en 2018 recalculs, puis erisypele infection de mon brasdevenu violet et enorme donc re hospitalisation, fevrier de cette année 2019 donc tout recent je passe un petscan, nodule fortement suspect sein auche, donc mammo et echo meme resultat donc biopsie: je viens d’avoir resultat ce matin carcinome canalaire triple infiltrant sein gauche 16 ans apres!
    j’en ai ras le bol, je vois le chirurgien lundi

  16. Bonjour,
    Voici mon histoire:
    un soir de décembre 2018, je découvre par palpation une masse au niveau du sein droit. Je prend dès que possible rdv avec ma Gynecologue qui me préconise alors une échographie mammaire. « Vous avez 28 ans et pas d’antécédents familiaux donc je ne m’inquiète pas » me dit-elle. Je fais l’´écho mais pas de résultat concluant. On me conseille alors un IRM que je fais mais même réponse. Me revoilà pour la biopsie la semaine d’après. « Dans 95% des cas, nous arrivons à diagnostiquer avec la biopsie madame ». Malheureusement pour moi, je fais partie des 5% restant. Personne n’arrive à trancher si c’est malin ou bénin. Je crois qu’attendre sans savoir à été le pire pour moi. J’entre en clinique le 14/02/2019 pour une tumorectomie et ganglion sentinelle. On m’enlève cette masse mais je ne sais toujours pas ce que c’est. Après analyse le diagnostic tombe : carcinome canalaire infiltrant grade 3 triple négatif. L’annonce est forcément dure à encaisser mais je suis forte et maintenant je sais ce qu’il me reste à faire! Je suis actuellement en chimiothérapie puis ensuite radiothérapie. Je n’ai plus de cheveux, le sein encore bleu depuis l’intervention mais le moral est bon 🙂 je travaille en pharmacie donc me voilà de l’autre côté de la barrière à présent. Courage à toutes les personnes qui sont dans le même cas. Enjoy!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*