Warrior un jour, warrior toujours

 

Pour celles et ceux qui nous rejoignent sur cette page, voici mon témoignage, mon histoire, mon cancer🎗✊👊🙏

 

C’est en septembre 2014 que le cancer triple négatif est venu sournoisement frappé à mon sein droit. J’avais 32 ans et j’étais à mille lieux d’imaginer ce qui allait suivre.

Constatant que cette boule se tape l’incruste, je me décide à aller voir mon gygy. Une écho, une biopsie et 6 jours plus tard, le verdict tombe. Je passe de l’irréel à un énorme coup de massue sur la tête en quelques secondes avec une seule question qui résonne : « vais-je mourir ? »

 

En cette soirée du 26/02/2015 : je pleure beaucoup, je me demande si je vais voir grandir ma fille de 4 ans à l’époque, je pense à comment je vais annoncer cette nouvelle à mes proches et notamment à mes parents…

Un cauchemar qui devient la réalité de ma vie. On croit toujours que ça n’arrive qu’aux autres jusqu’au jour où les autres, c’est vous. Une fois la nouvelle encaissée grâce à ma première entrevue avec mon oncologue, j’enfile mes gants de boxe et je monte sur le ring de la bataille de ma vie.

Après 10 mois, 15 cures de chimiothérapie, 1 tumorectomie, 33 séances de radiothérapie, une séparation qui se passe très mal avec le père de ma fille et la découverte que je suis porteuse de la mutation génétique BRCA1 qui favorise le K du sein et des ovaires, je reprends le chemin de la vie « normale » en décembre 2015.

 

Je fais alors une boulimie de vie : je n’ai que 33 ans et une 2ème chance à saisir !! Et puis les contrôles de suivi arrivent et un 1er micro-nodule pulmonaire est trouvé. Il grossit suffisamment pour programmer une radio-fréquence (destruction par la chaleur en introduisant une électrode dans mon poumon) durant laquelle une tumeur cérébrale de 3cm est découverte au scanner. Foutues métastases !!

 

Mais je comprends enfin d’où proviennent ces pressions dans ma tête, anomalies visuelles, absences, vomissements et pertes d’équilibre. Je subis une craniotomie le 25/01/17. Par je ne sais quel miracle, je n’ai aucune séquelle moteur, language, visuelle et mémoire. Je fais 3 séances de radiothérapie sur la tête et puis surtout je gagne un CDI avec la chimio et donc un nouveau portacath.

 

Depuis avril 2017, je suis sous traitement. Je jongle désormais entre ma vie de maman célibataire, mon travail à temps-plein et mes chimios qui sont ponctuées de prises de sang, injections  et transfusions… ou comment vivre avec une maladie chronique…

J’ai conscience d’être chanceuse d’avoir un K en 2017 plutôt qu’en 1980. J’attends désormais les traitements ciblés des essais cliniques.

 

J’ai perdu l’insouciance de mon âge et la faculté de me projeter dans le futur mais j’ai accepté ce destin qui est le mien, qui me permet de vivre dans l’instant présent, l’endroit précis où se trouve le bonheur. Je relativise beaucoup et vais plus à l’essentiel.

Certains jours sont plus difficiles que d’autres et les larmes coulent mais la plupart du temps, je suis heureuse. Heureuse d’avoir déjà gagné 3 années avec ma fille, heureuse de savourer la Vie au point d’en avoir les yeux qui brillent car en vérité, mon K me permet d’en apprécier la beauté et la magie.

 

Après la tempête, le beau temps revient toujours alors il faut toujours continuer d’avancer. Il ne faut jamais perdre espoir : « La Vie ne semble jamais être de la façon dont nous la voulons. La Vie n’est pas parfaite mais nous pouvons la remplir avec des moments parfaits. »

Contactez l'auteur

Je confirme ma demande de contact de l'auteur en transmettant mon prénom/pseudo, ainsi que mon adresse e-mail.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*