Mon cancer pendant la grossesse

 

Mon histoire commence l’année dernière, en septembre 2015.

Je vais avoir 30 ans, et je suis enceinte de 3 mois et demi de mon troisième enfant.

Je découvre une boule dans mon sein gauche en prenant ma douche. J’attends quelques jours, tout en la surveillant régulièrement. Elle est toujours là, dure, indolore. Je vais voir mon médecin traitant qui pense à un kyste. Le lendemain, j’ai rendez-vous au cabinet de radiologie pour une échographie. Le radiologue me dit que ce n’est pas un kyste et me demande de revenir l’après midi pour une biopsie. Je commence à être inquiète, surtout vu la rapidité des examens. J’attends 13 longs jours interminables et les résultats tombent : cancer du sein infiltrant grade 3.

 

Là, c’est le ciel qui me tombe sur la tête! Un cancer, à mon âge? Et enceinte en plus? Je ne peux pas y croire. C’est l’hécatombe…

 

3 jours après, j’ai rendez-vous au centre de cancérologie… là-bas on m’explique la prise en charge : 4 cures de chimio pendant la grossesse, cette chimio est compatible avec une grossesse car elle ne passe pas la barrière placentaire. Puis déclenchement de l’accouchement à 7 mois et demi de grossesse, opération, 3 mois de chimio hebdomadaire et radiothérapie. Un sacré lourd protocole qui m’attend avec une grossesse et deux enfants à gérer.

 

15 jours après je reçois ma première chimio. Arriver à sa chimio avec son petit ventre rond n’est pas sans attirer les regards. Les 4 cures se passent bien, sans effets secondaires lourds, avec par contre de la fatigue qui s’accumule au fur et à mesure des chimios, et qui devient, après la dernière, difficile à gérer.

 

Mon corps n’arrive plus à récupérer. Mon petit bébé grandit parfaitement, mais quelle culpabilité j’ai eu de lui avoir fait subir à travers moi toute cette peur, cette tristesse et cette angoisse pendant 4 mois. Et puis il m’a donné tellement de force et de courage que je me dis, qu’il était là au bon moment.

 

Début janvier, on me fait une césarienne, je suis à sept mois et demi de grossesse. Il va bien il pèse 2 kg 100 et est en bonne forme. Nous passons 3 semaine unité kangourou, le temps qu’il soit prêt à rentrer à la maison. Ma tumorectomie a lieu 5 jours après la césarienne, je pars pour la journée au centre de cancérologie, et je retrouve mon bébé à l’unité kangourou le soir.

 

Difficile période, mon corps est douloureux, fatigué. La douleur de la césarienne est encore bien présente, et viens s ajouter celle du sein et de l aisselle. J’ai du mal à m’occuper de mon bébé. Puis nous rentrons à la maison, je reprends des forces, et bébé grandit. La famille est présente et nous avons beaucoup d’aides, jour et nuit. Un mois après, je dois reprendre 3 mois de chimio hebdomadaire. Puis je termine par 33 séances de rayons.

 

Je suis en rémission totale depuis 4 mois, tout va très bien, bébé aura bientôt un an et il est en pleine forme. Je le remercie d’être arrivé au bon moment, grâce à lui, le cancer à certainement été détecté à temps.

 

Il m a donné tellement de force pour traverser cette épreuve, nous l’avons d’ailleurs traversé à deux. Et il en reste des traces, nous sommes très fusionnels, il veut en permanence être dans mes bras, comme pour se rassurer que tout va bien.

Contactez l'auteur

Je confirme ma demande de contact de l'auteur en transmettant mon prénom/pseudo, ainsi que mon adresse e-mail.

  1. bravo pour votre courage. Dans cette épreuve nos enfants sont nos moteurs. Je suis aussi maman de 3 garçons qui m’ont aidé à me battre contre la maladie en 2015 alors âgés de 10, 7, et 4 ans.
    Des enfants qui sont toujours proches de moi chacun à leur façon. Ils m’ont montrés tout leur amour et ont su prendre soin de moi. Mai je n’oublie pas mon mari qui a été formidable.
    Il faut garder cette fusion avec nos enfants car ils ont eu peur de nous perdre.

  2. Bonjour,
    Etant une jeune femme de 33 ans, j’ai découvert en novembre 2017 en me palpant la poitrine une boule à mon sein gauche qui me paraissait suspecte.

    Dieu merci, j’étais suivi pour ma grossesse. La gynéco m’a prescrit écho et mammo que j’ai réalisé quelques jours plus tard avec une biopsie.
    Quelque jours plus tard le verdict tombe, j’étais atteinte d’un cancer du sein triple negatif.

    Le choc pour moi car j’étais enceinte de 6 mois 1/2 de mon 4e enfant, c’était inconcevable d’être malade et de porter la vie… j’ai subi 3 cures de chimio avant d’accoucher, ensuite 1 autre 1 semaine après mon accouchement.

    Il me reste donc 12 cures, ensuite la chirurgie conservatrice de la tumeur et des chaînes ganglionnaires car touchées et finir avec de la radiothérapie.

    J’ai souvent des coups de blues en me demandant si je serai là demain pour mes enfants.
    Ton histoire m’a remonté le moral je te souhaite une entière guérison définitive ainsi qu’à toute personne atteinte de maladie.

  3. Bonjour, j’ai 38 ans et je suis enceinte de 5mois c’est mon 3e enfant. On m’a découvert mon cancer sein droit stade 3 à 2 mois de grossesse. J’ai décidé de poursuivre cette grossesse car déjà c’était une surprise et puis j’ai un nouveau compagnon. Je culpabilise et pleure beaucoup car j’ai l’impression de négliger cette grossesse. J’ai eu une mastectomie totale droite et je suis à ma 2e seance de chimiothérapie. Votre témoignage m’a fait du bien. Pourrions nous continuer à échanger?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*