Mon cancer du sein ? Une renaissance !



Février 2017, j’ai 48 ans et au cours d’une mammographie de contrôle, car j’en faisais tous les deux
ans depuis l’âge de quarante ans, complétée par une échographie, on m’a décelé un cancer du sein.
Verdict confirmé par la biopsie.


Ma gynéco m’a donc conseillé de voir un chirurgien au plus vite car il fallait enlever rapidement, le
cancer que j’avais étant un cancer lobulaire infiltrant.


Je vais donc voir un chirurgien qui prescrit une IRM afin de localiser les foyers cancéreux pour
l’intervention. Résultat de l’IRM, il y a d’autres foyers cancéreux en plus de ceux déjà existants. Donc,
mastectomie du sein droit afin de jouer la sécurité et d’éviter une récidive à plus ou moins long
terme.


Avoir perdu un sein ne m’a rien fait du tout car pour moi une femme ne se résume pas à une paire de
seins. C’est ce qu’elle dégage qui la rend belle !!! J’ai toujours continué à sourire, à rire, à prendre la
vie du bon côté, ce qui a médusé pas mal de mes connaissances.

Ne rien lâcher ! Telle est ma devise !


L’été qui a suivi ma mastectomie, j’ai porté des décolletés plus ou moins plongeants et suis allée à la
plage sans aucun problème. Pendant les six mois où j’ai été une amazone, je n’ai jamais eu honte de
me regarder dans un miroir. J’ai toujours gardé la tête haute et n’ai jamais baissé les bras ! J’ai un
cancer du sein, et alors ?


Je suis désormais reconstruite par un plasticien qui est un véritable artiste. Et la copie est bien plus
belle que l’original !


J’ai vécu ma maladie (que ce soit l’annonce du cancer, les examens, les hospitalisations)
complètement seule, pas de mari, pas d’amant, pas d’enfants et je n’en ai rien dit à mes proches. Car
Dieu merci, je n’ai pas eu de traitements lourds. Juste de l’hormonothérapie dont on dit beaucoup de
mal mais que je supporte très bien.


J’ai toujours pris beaucoup de recul par rapport à la maladie, ai pris les choses avec philosophie, en ai
même ri parfois et j’ai toujours été bienveillante avec moi-même. Si j’ai eu un cancer du sein, ce n’est
pas anodin. J’en faisais beaucoup trop dans ma vie professionnelle et ma vie personnelle et ça a été
un bon électrochoc qui m’a permis de lever le pied, de me recentrer, et de me détacher de beaucoup
de choses.

Si pour beaucoup, c’est un calvaire, pour moi c’est une renaissance ! La vie ne s’arrête pas
parce qu’on vous diagnostique un cancer du sein !


Si c’était à refaire ? Je le referais ! Car en plus, j’ai fait de très belles rencontres…


Mon cancer du sein en trois mots ? Mon combat, ma gloire, ma fierté !


Et surtout, merci au dépistage, sinon… Car je n’avais aucun signe avant-coureur, juste une grande
fatigue mais étant donnée la vie que je menais, je ne m’inquiétais pas …

📸 Photo réalisée lors d'un shooting photo en 2020 dans le cadre d'Octobre Rose avec l'association @onposepourlerose. Une photo forte en symbole : tourner le dos au cancer et regarder l'horizon !

D’autres témoignages autour du cancer du sein :

Me Reconstruire après un cancer du sein :

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*