Petite boîte

Depuis quelques jours, une petite boîte cartonnée s’est invitée dans ma maisonnée. Chaque matin, elle me regarde, elle me fait de l’œil. Mais elle me drague ou quoi cette souris « l’hormonothérapie » ?

 

Ses pilules ne sont pas roses, et pourtant elle me promet un tas de choses. Elle me dit qu’en la savourant quotidiennement, je vivrai en sécurité plus longtemps. Je ne suis pas une fille facile, je lui résiste, je la snobe, je l’éloigne de ma vue, je refuse de succomber à ses petits cachets. Je l’écoute me chuchoter ses promesses, je la regarde se pavaner devant moi. Mais je continue à résister et je ne comprends pas pourquoi.

 

Je sais qu’elle a raison d’être venue s’installer dans ma maison. Je sais que je dois lui faire confiance et oublier ma méfiance.

 

Cette boîte est mon avenir, mais elle m’effraie, me bouscule, me chamboule.

Depuis le début, j’accepte chaque traitement, chaque intervention, sans aucune remise en question. Je me laisse opérer par les pro du néné, scruter par les experts, chimiothérapeuther par les infirmières… Mais là, cette fois, une option s’offre à moi. Je peux décider de l’avaler ou le cracher ce comprimé.

 

Ce pouvoir est une torture et il m’effraie, me bouscule, me chamboule.

Je rêverais que l’on me l’injecte comme tout le reste.
Je rêverais de subir ce traitement bon ou mauvais.
Je rêverais d’ignorer les effets secondaires.

 

C’est tellement plus simple d’être soignée par les autres. Mais avec cette boîte, tout est différent.

C’est moi qui me traite, même si ça me maltraite,
Qui prends des risques si je résiste,
Qui choisis d’ingérer ce satané comprimé
Qui m’assure un avenir, même un peu cabossé.

 

Je déteste ce poids sur moi car il m’effraie, me bouscule, me chamboule.

Petite boîte, aide-moi, petite boîte force-moi.
Fais-moi gober tes jolis cachets à peine éveillée.
Je sais tout de toi, j’ai lu tous tes bienfaits et tes petits travers de vicieuse. Je ne peux pas te savourer tel un bon met. Tu restes, malgré tout, un peu dangereuse.

 

Je te laisse encore deux jours, là sous mes yeux,  pour m’adapter à ta personnalité.
Je n’ai, de toute façon, pas d’autre choix que de me plonger dans l’aventure avec toi.

Contactez l'auteur

Je confirme ma demande de contact de l'auteur en transmettant mon prénom/pseudo, ainsi que mon adresse e-mail.

  1. Je suis dans la même réflexion que vous êtes petite boîte m’interpelle mais si ça peut nous faire guérir vraiment je dis bien vraiment mais j’ai cette petite boîte dans le tiroir que je ressors tous les matins bon courage à vous

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*