Eli rose forever

 

Elisabeth est une rencontre avec la fluidité, elle poétise comme elle respire ! C’est par Instagram qu’Elisabeth nous signifie qu’elle souhaite témoigner, contribuer à Chaîne Rose, parler d’art-thérapie…  Rencontre quelques jours plus tard dans un bistrot parisien.

 

Chaîne Rose : Elisabeth, comment as-tu réagi à l’annonce du cancer ?

 

Elisabeth : C’était le 9 novembre, J’ai senti ma boule sous la douche, le flip total.  J’étais en panique et j’ai tapé « boule dans le sein » je suis arrivée direct sur « cancer ». J’ai pris un rdv chez le gynécologue mais je n’étais pas très dispo car je venais de changer de boulot et j’étais en pleine période d’essai, j’ai fait la mammo 15 jours plus tard, « Ne tardez pas trop pour la biopsie » me dit la dame. 

 

Le 12 décembre j’avais enfin rdv chez le gynécologue. Dans la salle d’attente j’ai écris un poème : « Tu as peur tu ne sais pas ce qui t’attend, dans ce moment de panique je pense ma fille chérie […] ». Après d’interminables minutes de recherche de mon dossier, mon médecin me dit « ne vous inquiétez pas ce n’est pas très grave c’est un petit cancer, on va vous enlever le sein, on va vous faire une chimio, tout va bien se passer » (…)

 

Je suis au service relation client d’un courtier en assurance de prêt immobilier, dès le lendemain j’annonce ça à mon employeur, en fait, quand j’ai su le cancer je l’ai annoncé tout de suite ! Et quand on me dit « tu es courageuse » je réponds que je n’ai pas le choix. Je choisis mes rendez-vous pour m’économiser, je m’organise.

 

CR : Comment es-tu venue à l’écriture de tes poèmes ? 

 

Elisabeth : Quand j’étais plus jeune j’écrivais des lettres d’amour à mes chéris, après le divorce j’ai écrit beaucoup aussi. C’est par le texte que j’arrive à évacuer le négatif. J’ai commencé à écrire mes textes, c’était ma thérapie. J’écrivais quand je n’étais pas bien, mes angoisses, mes peurs. Dès que j’ai une émotion, une rime, qu’elle soit positive, négative, j’écris. Tous mes textes sont écrits dans métro, dans un couloir, chez moi…. Sur le téléphone… J’ai plus de 100 poèmes !

 

Je fais aussi des poèmes pour la communauté des Kfighteuses (différents groupes cancer du sein , Vaincre le cancer du sein, j’ai subi une mastectomie et je reste zen… sur Facebook ) et un Calendrier 2019 est en cours de réalisation qui financera la recherche. 

 

Mon projet de recueil  est presque terminé.  J’ai réalisé toute la mise en page. Il ne reste plus qu’à trouver l’éditeur. J’ai déjà eu une proposition, mais j’étudie cette dernière qui ne me semble pas être en accord avec ce que je recherche. J’avance… Mais je finirai par l’éditer soit avec une éditeur soit en auto-édition.

CR : Si tu devais réaliser un souhait quel serait-il ?

 

Elisabeth : L’engagement, C’est l’histoire de ma vie. Tout ce que je fais aujourd’hui je veux que ce soit porteur que ça continue après moi, pour ma fille. J’ai peur de la récidive, la peur du vide, la peur que ça s’arrête. C’est comme si je voulais finir quelque chose que j’ai commencé, une chose que ma famille pourra poursuivre.

 

Je réfléchis à une association. Elle porterait le nom de mon blog sûrement. Je veux être actrice pour les problématiques de l’après cancer, car le « pendant », ne dure qu’un moment , mais l’après dure pour la vie. Ce que je voudrais aussi c’est alerter les pouvoir publics, le médical : il faut arrêter de dire que les cancers n’arrivent qu’à partir de 50 ans ! Je veux être porte-parole, c ‘est important pour moi, sans doute parce que je suis une ancienne communicante.

CR : As-tu un message particulier à délivrer à la communauté Chaîne Rose ?

 

Elisabeth : Je voudrais remercier toute la communauté pour tous les conseils et témoignages avant, pendant, et après. Avoir une pensée pour tous ceux qui sont partis trop tôt.  Mais surtout savourer la vie et profiter des instants présents. La vie n’a qu’un temps. Il ne faut pas en sacrifier les beaux et bons moments. Mais les vivre réellement en les ressentant et en essayant un maximum de se projeter. Même si cela n’est pas toujours si simple. 

 

Apprendre à s’accepter

 

Octobre 2018

Pas tout à fait 12 douze mois

Pourtant il y a un autrefois,

Il y a eu aussi parfois

 

Apprendre à accepter 

Apprendre à s’accepter

Avec cette annonce

J’ai su me dire allez on fonce

 

Je lui ai parlé, 

Je lui ai dit : je vais te défoncer

Certes j’ai sacrement paniqué

Et, puis j’ai repris mes esprits et j’ai pleuré

 

Pendant tous ces mois

Je me suis battue, 

Je me suis perdue

Je suis revenue

Je me suis tue

Je me suis défendue

Je me suis battue

J’ai aussi pleuré

Mais j’ai été aimée

Je suis aimée

J’ai appris à m’aimer,

Même blessée

 

Et je me suis reconstruite

Comme après la pluie

Et puis j’ai souri

Je souris

A cette belle vie

Que j’aime à l’infini

ELISABETH BERNARDO

Le blog EliRoseforever

 

Crédit photo Laurence Boukobza Studio Ajer pour Etincelle

Propos recueillis par Laurence Dardenne pour Chaîne Rose

Contactez l'auteur

Je confirme ma demande de contact de l'auteur en transmettant mon prénom/pseudo, ainsi que mon adresse e-mail.

  1. Merci de parler des cancers féminin et pas que du cancer du sein car j ai eu ce fichu crabe je suis en rémission ça fait un an mais le cancer et bien plus dur après pour ma part il a détruit ma vie je survie aujourd’hui je me suis battue comme une lionne mais aujourd’hui je suis épuisé…….

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*