Mon parcours médical spécifique ayant réellement commencé en janvier 2015, pourquoi donc ai-je choisi d’ouvrir mon roman par le récit de la rencontre avec ma chirurgienne, un mois après la tumorectomie effectuée un certain premier avril 2015 ? Oui, un premier avril ! Quelle farce ! Sans doute y a-t-il plusieurs raisons à cela. Mais ce choix a surtout été guidé par le décalage entre la soudaine relative gravité de la situation que j’allais devoir affronter et la manière avec laquelle je réagissais, avec recul, à la fois anesthésiée et survoltée, refusant la fatalité et avec la ferme volonté de faire tout ce qui était en mon pouvoir pour m’en sortir.

Par ailleurs, plusieurs faits m’avaient auparavant affectée durant mes visites à l’IGR. Je me souviens notamment de l’effondrement d’une très jeune fille dans les bras de son petit ami à l’annonce d’un cancer du sein. De mon point de vue, c’était trop injuste ! Ma vie, à presque soixante-quatre ans, était déjà plus proche de son terme que de ses débuts et donc les troubles de santé, mineurs ou majeurs, étaient en partie concevables... Mais à dix-sept ans, à l’orée même du temps des plus douces découvertes de la sexualité, comment s’imaginer chauve et peut-être prochainement en partie mutilée ? Comment, à cet âge-là, accepter de telles éventuelles atteintes à ce qui caractérise le plus la féminité ? J’aurais aimé pouvoir parler à ce joli petit couple mais les tourtereaux effondrés s’envolèrent à tire d’aile de la salle d’attente avant même que je puisse me lever...

Une autre fois, à la fin d’une réunion de groupe obligatoire relative aux différentes thérapeutiques disponibles, tumorectomie, mastectomie, chimiothérapie, radiothérapie, hormonothérapie et autre immunothérapie, l’assemblée des malades avait été invitée à formuler des interrogations, des demandes d’éclaircissements... Et là, après diverses interventions de patientes qui dénotaient une grande angoisse devant l’inconnu, une dame d’un certain âge avait pris la parole pour dire, avec une candeur toute désarmante :
— Bon, eh bien moi, je vais choisir la radiothérapie ! Je préfère. Ça paraît moins agressif.
Je ressentis là une misère intellectuelle certaine.
Comment cette pauvre dame pouvait-elle penser un instant qu’il s’agissait, comme dans un restaurant à la carte, de choisir son traitement ? Comment s’était-elle appropriée son cancer ? Comment pourrait-elle supporter les inévitables
désagréments des différentes épreuves qu’elle allait devoir traverser ?


C’est donc à ce moment-là, et après avoir dû programmer mentalement une mastectomie, que je pris véritablement la décision d’écrire... Écrire des pensées, des réflexions, la relation de certains vécus particuliers... Je ne pourrais certes pas soulager mes contemporaines de croisade, si ce n’est ponctuellement et verbalement, ce que je ne
manquerais pas de faire, mais au moins pourrais-je peut-être aider celles qui me succèderaient dans l’épreuve.

Écrire pour encourager, écrire pour témoigner, écrire pour que d’autres femmes trouvent en elles-mêmes les ressources insoupçonnées qui leur permettraient de ne pas subir la maladie mais de l’affronter en guerrières. Je me sentais ainsi entrer en empathie avec les autres. Il me fallait agir ! J’avais été séduite quelques semaines auparavant, au
cours de mes lectures, par les paroles d’un écrivain et dramaturge autrichien, Thomas Bernhard, qui disait :  "Les maladies sont le plus court chemin de l’homme pour arriver à soi. »

Alors peut-être aussi écrire pour mieux me comprendre moi-même. Je m’étais jurée de le faire, ce voyage de moi à moi,
de préférence en passant par les autres – mes fidèles soutiens – mais aussi avec ma solitude, puisque la maladie se présentait.


Cependant, j’allais aussi permettre à mes congénères de se mettre en chemin pour ce périple non souhaité mais dans
lequel elles avaient à prendre une part essentielle : accéder, qualitativement, à une vie meilleure pendant le traitement, tel était le credo que je voulais tenter de partager avec mes sœurs en maladie et en humanité ...

CHAPITRE 2 DE MON ROMAN " LA CHEVAUCHEE DE L'AMAZONE", celui où j'explique dans quel but j'ai souhaité écrire, a posteriori, l'histoire de ma victoire sur "le satané crabe" ...

UN PEU D’ORDRE DANS LE CHAOS
Mai 2015