La vie d’avant, la vie d’après…

 

 

Avant j’étais heureuse. Aujourd’hui je le suis encore plus… d’être en vie, de pouvoir en profiter.

Si je regarde en arrière, j’ai mis ma vie entre parenthèse une année, plutôt le cancer m’a pris un épisode de ma vie.

Mais je reste maître et je continue d’écrire et de noircir les pages blanches de mon futur.

 

Cela fait 10 mois que j’ai terminé tous les soins, chimiothérapie, chirurgie (mastectomie et curage axillaire) radiothérapie. Aujourd’hui, il me reste l’hormonothérapie qui me renvoie tous les jours, et ce pendant cinq, voire dix ans, que ce cancer reste tapis au fond de moi !!!

Mais j’ai décidé de vivre sans penser à cette épée de Damoclès au dessus de ma tête. C’est un soulagement quand tout s’arrête, fini de courir les hôpitaux, les médecins, les rdv…. j’avais juste envie que l’on me foute la paix. De profiter de mes journées comme j’en avais envie, me remettre sur pieds, de pouvoir me regarder sans voir ce regard de cancéreuse.

 

Certains me comprendront, affronter son propre regard c’est déjà une épreuve mais le voir dans le regard des autres en est encore une autre…

Affronter la perte de ses cheveux, de ses cils et sourcils pfffff, ajouté à tous les effets secondaires des traitements, je ne vous en donne pas la liste, vous la connaissez aussi bien que moi.

 

Aujourd’hui je vis plus lentement, terminée cette vie à 100 Km/h, et que c’est bon de prendre le temps de vivre.

Oui, il y a parfois des périodes de doute, de déprime, parfois les larmes coulent, je les laisse sortir et m’autorise le droit de ne pas être tout le temps forte.

 

J’ai besoin de me laisser tomber pour pouvoir me relever et me redresser plus haut. Je suis suivie tous les 6 mois. Au mois d’octobre, lorsque j’ai revue ma radiothérapeute et qu’elle m’a demandé comment j’allais, je lui ai répondu bien si l’on ne pense pas à tous les p’tits tracas qui se sont greffés.

 

Les troubles de la mémoire, la fatigue physique, musculaire, les douleurs articulaires, la constipation, les bouffées de chaleurs qui pourrissent la vie, sans parler des douleurs dans mon bras, la perte de mes forces. Tous ces problèmes dus aux traitements, si je les oublie, tout va pour le mieux.

 

Puisque je suis guérie et en rémission, j’apprends à vivre différemment, mon quotidien est devenu plus léger, je prends la vie du bon coté puisque j’ai la chance de la vivre…

Il est important d’être entouré de bons professionnels, de personnes en qui l’on a confiance pour pouvoir poser les mots, les maux, qui font mal.

Être écouté est une partie de la guérison….

Merci aux personnes qui prendront un peu de leur temps pour me lire, l’écriture est aussi pour moi une source de libération.

 

Beaucoup de courage à tous.

Lili

Contactez l'auteur

Je confirme ma demande de contact de l'auteur en transmettant mon prénom/pseudo, ainsi que mon adresse e-mail.

  1. Bonjour Lili, votre témoignage me touche car vous utilisez les mots justes et l’optimisme ressort de vos propos.

    Je viens d’être opérée, carcinome lobulaire d’un côté et canalaire de l’autre. Par chance, les ganglions ne sont pas touchés, la radiothérapie va suffire. Comme vous, j’ai terminé de courir à 100 à l’heure, de faire des heures supplémentaires tous les jours, de stresser pour rien… J’ai toujours fait mon boulot scrupuleusement, j’ai eu la chance de ne pas avoir été malade, j’ai subi du harcèlement sexuel en 1992 quand on n’en parlait pas, j’en ai pris plein la tête parce que j’ai parlé… Alors, le boulot, pour l’instant, il est très loin ! Je suis très bien entourée par mon mari d’abord, par les ami(e)s et le monde médical.
    Je me repose avant le traitement, je prends soin de moi, je lis, je me promène dès qu’il fait beau.

    Bon courage à vous Lili et merci pour votre message plein d’espoir. Je vous embrasse.
    Roselyne

  2. Bonjour Lili

    J’ai lu avec la plus grande attention votre histoire. C’est un bel exemple de courage, de ténacité et une belle leçon de vie.

    Vous me redonnez le moral… en effet, j’ai un carcinome mammaire agressif infiltrant de grade 3 mais occulte, à savoir on ne sait pas où est le cancer primitif… il s’agit d’une forme rare… je n’en suis qu’au début du traitement… 2 types de traitements de chimiothérapie… radiothérapie… et sans doute ablation du sein… je n’ai eu qu’un curage axilaire de 17 ganglions dont 10 étaient métastasés…

    Après la colère, l’injustice, la déprime, je commence tout juste à rebondir… puisse votre témoignage me servir de modèle.

    Bonne continuation… bon courage… je vous embrasse…

    Danièle de Rouen

    • Bon courage Danièle, si vous aimez les mots, j’ai une page où je poste mes poèmes, toujours un écrit positif, sur Facebook, les mots dits de Lili. Vous pourrez aussi me contacter si vous souhaitez parler ce sera avec plaisir.
      Lili

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*